Animaux

Modifié le 28/04/2017




Vous êtes victime de nuisances causées par les animaux vertébrés vivant à Paris

Les pigeons, chats ou chiens, font partie des animaux vertébrés vivants pouvant causer une gêne dans la capitale. Salissures, odeur pestilentielle, dégradations sont quelques-unes des gênes régulièrement signalées.

Reçues par courrier ou téléphone, les plaintes des particuliers parisiens ou des autorités (comme les services de police ou maires d’arrondissements) sont traitées par l’ unité de prévention des nuisances animales (UPNA) qui procède à une enquête le cas échéant.

A noter que les simples nids de merles ou les situations concernant les nouveaux animaux de compagnie (boa, python, mygale, etc.) ne relèvent pas de la compétence de l’UPNA.

Pour contacter l’unité de prévention des nuisances animales :

Direction départementale de la protection des population
UPNA
8-10 rue Froissart
75153 Paris Cedex
Téléphone : 01 40 2716 00 (fax 01 42 71 09 14)

Vous êtes victime de morsures ou de griffures causées par un animal

Que faire quand on s’est fait mordre ou que faire quand son propre animal a mordu ou griffé une personne ?

Pour les chiens

Tout propriétaire, tout détenteur ou tout professionnel qui a connaissance d’une morsure dans l’exercice de ses fonctions doit déclarer la morsure au commissariat de l’arrondissement (mairie dans toutes les autres communes) .

Pour tous les chiens ou chats mordeurs et griffeurs

Le propriétaire ou détenteur est tenu de soumettre l’animal à 3 visites vétérinaires (prévention de la rage) :

  • la première au plus tard dans les 24 heures après la morsure ;
  • la deuxième au bout d’un délai de 7 jours après la morsure ;
  • la troisième dans un délai de 15 jours après la morsure.

Si le propriétaire ne se soumet pas à l’ensemble de ces visites, c’est l’autorité de police qui prendra le relais et l’animal peut être placé d’office en fourrière pendant la période de surveillance.

Il est interdit de se défaire de l’animal pendant la période de surveillance, de le faire vacciner contre la rage.

Si on doit se déplacer au cours de la période des 15 jours, il faut le signaler au vétérinaire qui a commencé la surveillance et dans ce cas, celle-ci peut être poursuivie chez un vétérinaire du lieu de destination, sous réserve que la direction des services vétérinaires soit prévenue.

Si, pendant cette période de surveillance l’animal meurt ou est abattu, il est nécessaire de le signaler aussitôt au vétérinaire qui a réalisé la surveillance, afin que l’analyse de l’animal soit effectuée (prévention de la rage).