×

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus sur les cookies .

Démarches  

Fermetures estivales :

Le service des permis de conduire sera exceptionnellement fermé au public le lundi 24 juillet 2017 .

A compter du jeudi 13 juillet et jusqu'au 31 août inclus , le service des objets trouvés  sera fermé tous les jeudi matin. Le service rouvrira ses portes à partir de 14h00 et conservera ses horaires habituels les autres jours de la semaine.

Les catégories d'usagers

Modifié le 24/04/2015

Que  nous soyons automobiliste, cycliste, piéton, etc., sur la route et dans la rue, nous devons tous nous côtoyer et chacun doit s’adapter aux conditions spécifiques de circulation des uns et des autres. Un respect mutuel et des règles de vie à suivre avec attention.

Les catégories d'usagers

Piétons

Le saviez-vous ?

Les piétons

Le piéton est un usager qui circule à pied. A Paris près de 60% des déplacements se font à pied.
Dans le code de la route, sont assimilés aux piétons :

  • les personnes qui conduisent une voiture d’enfant, de malade ou d’infirme, ou tout autre véhicule de petite dimension sans moteur (trottinette, rollers, skateboard…) ;
  • les personnes qui poussent à la main une bicyclette ou un cyclomoteur ;
  • les handicapés dans les chaises roulantes mues par eux-mêmes ou circulant à l’allure du pas.   

Les piétons sont la catégorie d’usagers la plus fragile et la plus touchée par les accidents mortels à Paris. En 2012, ce sont 18 piétons qui ont perdu la vie à Paris et 1893 qui ont été blessé. Ils représentent 46% des tués et près de 24% des victimes. 


 

La bonne conduite


Les piétons ont également des devoirs. Ils doivent circuler et traverser de manière régulière la chaussée et de nombreux articles du code de la route leurs sont consacrés.
Pour les piétons l’ensemble des articles R412-34 à R 412-40 leur impose une traversée régulière de la chaussée.
  • Choisissez d’emprunter les passages piétons pour traverser, de préférence ceux protégés par les feux tricolores.
  • Traversez lorsque le feu est vert pour les piétons, perpendiculairement à l’axe de la chaussée.
  • Traversez sans risque lorsque la visibilité et l’ensemble des conditions le permettent ou à un endroit dégagé afin de bien voir et d’être bien vu des deux côtés

Tout piéton ne respectant pas ces dispositions encourt une amende forfaitaire de 4€.
En l’absence de sanction financière dissuasive, ce sont les risques encourus qui doivent inciter le piéton à la prudence.
Les conducteurs de véhicules ont l’obligation de céder le passage aux piétons, dès lors que ceux-ci sont « régulièrement engagés sur la chaussée » ou manifestent clairement l'intention de le faire ou circulent dans une aire piétonne ou une zone de rencontre (art. R.415-11 du code de la route). Ce refus de priorité est sanctionné par une amende de 135 euros et un retrait de 4 points.
L’action de la préfecture de police est essentiellement préventive en direction des piétons. De nombreuses opérations de sécurité routière à destination des enfants jusqu’aux séniors rappellent les règles de prudence élémentaires, mais également visent à faire percevoir par la démonstration la difficulté que rencontrent les autres usagers de la route vis-à-vis de comportements inadaptés  de piétons ou par rapport à l’angle mort.
L’action des directions de la préfecture de police en direction des autres usagers de la route est plus équilibrée entre prévention et répression pour permettre une bonne compréhension de la priorité du piéton, du fait de sa vulnérabilité. 

Cyclistes

Le saviez-vous ?

Les cyclistes

Le vélo n'offrant aucune protection à ses utilisateurs,  les cyclistes sont des usagers particulièrement vulnérables.


Depuis juillet 2007 (mise en place du service Vélib) le nombre des utilisateurs de vélo n'a cessé d'augmenter. Cette évolution a été confortée par l'augmentation du linéaire des aménagements cyclables, la mise en œuvre des doubles sens cyclables sur les voies à sens unique des zones 30 et des zones de rencontres, puis des aménagements de certains carrefours pour y autoriser les mouvements directs et de tourne à droite pour les cycles en cédant le passage aux piétons et aux véhicules régulièrement engagés.


Ainsi, le nombre des cyclistes victimes d'accidents corporels a logiquement progressé (629 en 2012 contre 382 en 2002). Néanmoins, la tendance depuis 2007 est à la baisse.



La principale cause des accidents de cyclistes est l'ouverture d'une portière sans précaution. L’angle mort des véhicules de grand gabarit (poids-lourds, autobus, autocars de tourisme) est à l’origine d’un grand nombre d’accidents.

La bonne conduite

  • Même s’il n'est pas nécessaire de disposer d'un permis de conduire pour utiliser un vélo, les règles du code de la route s'appliquent aux cyclistes comme à tous les autres usagers de la voie publique. Ainsi, les cyclistes doivent-ils s'assurer qu'ils ne mettent pas en danger la sécurité des piétons à l'occasion de leurs déplacements.
  • Les cyclistes doivent disposer d'une assurance pour les couvrir en cas d'accident (pour les dégâts causés à autrui ou au mobilier urbain).
  • Compte tenu de leur vulnérabilité, les cyclistes doivent être visibles des autres usagers. Dès lors, les équipements obligatoires d'un cycle (feux avant et arrières, dispositifs réfléchissants, avertisseurs sonores et freins en bon état) apparaissent bien comme indispensables à la sécurité de son utilisateur. Le port d'un casque est également fortement recommandé.


La préfecture de police  organise des actions de prévention d’une part dirigées vers les plus jeunes : organisation, en collaboration avec les établissements d’enseignement primaire, de séances d’apprentissage des règles du code de la route sur des pistes d’éducation routière.


En direction des cyclistes adultes, elle distribue à l’occasion d’actions d’information des équipements de visibilité (protection de selle et de sacs rétro réfléchissants, dispositif lumineux…) et subventionne des actions telles que « Cyclistes, brillez » mise place par l’association  « Mieux se déplacer à bicyclette ». Elle organise aussi des alternatives à la sanction spéciales cyclistes.
Enfin, la préfecture de police est partenaire de Fédération française des usagers de la bicyclette (FUB) pour l’utilisation du Bicycode pour l’identification des vélos volés retrouvés.



Deux-roues motorisés


Une nouvelle campagne de sécurité routière est lancée en avril 2014 : "A moto ou en scooter, sans équipement complet, vous risquez d'y laisser votre peau".
Regardez la vidéo
 

Le saviez-vous ?


Il existe plusieurs catégories de deux roues-motorisés qui requièrent différents permis de conduire .


Une synthèse de la réglementation concernant les véhicules à moteur à deux ou trois roues et les quadricycles peut être consultée en ligne :

Le nombre d’accidents mortels impliquant un deux-roues motorisés a été diminué par deux à Paris depuis 2002, malgré une augmentation de la pratique du deux-roues motorisés. Néanmoins, ces usagers représentent plus de la moitié des blessés des accidents de la route.


Photo : opération deux roues motorisés

Au vu de la vulnérabilité de tous les usagers de deux-roues motorisés, la préfecture de police organise avec le concours de nombreux partenaires des opérations de prévention (exemple avec l'affiche ci-contre de l'opération "100% 2 roues motorisés" du 8 juin dernier à Vincennes) afin de sensibiliser le plus grand nombre aux questions de formation, d'équipement et de gestes simples qui sauvent.





Les motocyclistes

La bonne conduite


  • Pensez que les équipements sont votre seule protection. En moto comme en scooter, l'équipement est comme « une deuxième peau ». Les blessures à la tête étant la cause principale de handicap et de décès parmi les motocyclistes, on comprend pourquoi le port du casque est obligatoire pour tout conducteur ou passager d’un deux-roues motorisé (art. R431-1).
    Ne faites jamais l’impasse sur les gants : en cas de chute, votre premier réflexe sera de tendre les mains devant vous pour amortir votre chute, comme si vous étiez à vélo.
  •   Conducteurs de deux-roues motorisés, rappelez-vous que : « Les trottoirs sont les seuls refuges des piétons, ne les obligez pas à se mettre en danger en vous garant sur les trottoirs, pire en roulant sur les trottoirs. »
  • Si vous transportez un passager à bord de votre deux-roues, dites lui avant le départ comment se tenir et établissez un code de communication.
  • Anticipez ! Méfiez-vous de chaque endroit où il risque d’y avoir un conflit d’usagers (carrefours, intersections, passages, sorties de chemin, carrefours à sens giratoire… etc.)
  • Restez vigilant à l’égard des véhicules qui vous entourent (devant, derrière, à gauche, à droite) mais restez aussi attentif aux piétons, qu’ils soient placés entre deux voitures ou à proximité des passages pour piétons.
  • N’oubliez pas que vos feux de croisement doivent être allumés de jour comme de nuit. Le non respect de cette règle est puni d'une amende de 35€.
  • Veillez à vous placer aux deux tiers à gauche sur la voie de circulation pour mieux observer le trafic et la chaussée et vous signaler aux automobilistes. Vous devez voir et être vu des automobilistes. Pour cela, n’hésitez pas à porter un équipement de couleurs vives ou à privilégier des vêtements munis de bandes réfléchissantes.


Plus vous êtes équipés, plus vous êtes protégés : voir l'animation


Quatre-roues motorisés

A condition d’utiliser tous les dispositifs de sécurisation et d’adopter une conduite maîtrisée, les progrès techniques rendent l’ensemble de ces véhicules de plus en plus sûrs pour leurs occupants.
Leur nombre d’accidents diminue régulièrement (1446 victimes d'accidents en 2012 contre 2165 en 2003), mais leur implication dans les accidents routiers demeure encore la première par rapport au nombre total d'impliqués dans les accidents de la capitale (38 % en 2012 contre 51,7 % en 2003).

Les voitures

Conseils


  • Avant de prendre la route en voiture, pensez à respecter quelques règles de prévention pour conduire plus sereinement et en toute sécurité. Soyez toujours attentifs aux autres usagers de la route plus vulnérables.
  • Utilisez constamment vos trois rétroviseurs et tournez la tête pour vérifier qu’aucun deux-roues ne se trouve dans les angles morts autour de votre véhicule.
  • N’oubliez pas de signaler longtemps à l’avance vos changements de direction grâce à votre clignotant et ralentissez avant d’effectuer une manœuvre. Le non usage du clignotant pour indiquer un changement de direction est passible d’un retrait de trois points du permis de conduire et d’une amende de 35€.
  • Si un véhicule s’arrête devant ou à coté de vous, c’est qu’il y a une raison : il laisse sans doute passer un autre usager, ne forcez donc jamais le passage.
  • Un piéton qui s’engage régulièrement pour traverser la chaussée a la priorité sur tous les véhicules. L’infraction à cette obligation vous expose à une amende de 135€ et un retrait de quatre points.
  • Respectez la limitation de vitesse applicable à la rue que vous empruntez et au-delà réduisez votre vitesse en fonction des circonstances : usagers rencontrés, conditions de circulation et conditions météo.
  • N’ignorez pas votre fatigue. Méfiez-vous des micros sommeils.
  • Méfiez-vous lors de l'ouverture de vos portières : un deux-roues ou un autre automobiliste sont peut être sur le point d'arriver à votre hauteur. Cette inattention est la cause principale des accidents de cyclistes à Paris.

La préfecture de police s’engage au quotidien dans une action équilibrée entre la verbalisation des infractions à l’origine d’accidents et la sensibilisation des conducteurs de véhicules à quatre roues motorisés.  Afin de faire passer des messages pour que les conducteurs adoptent une conduite apaisée, efficace et attentive aux usagers les plus vulnérables, les services spécialisés de la préfecture de police réalisent  des opérations différentes, telles que :


  • Des alternatives à la sanction pour les auteurs d’infractions routières pour lesquelles le procureur accepte cette option.
  • Sensibilisation sur le mondial de l’auto
  • Interventions en entreprise sur la prévention du risque routier
  •  La sensibilisation du personnel de maternité parisienne et les parents des nouveaux-nés à la nécessité du transport des plus jeunes dans des sièges auto adaptés.
  • Des campagnes de sensibilisation au respect des plus vulnérables.