×

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus sur les cookies .

Démarches  

Le bureau des permis de conduire sera exceptionnellement fermé au public le lundi 25 septembre 2017

Les distracteurs

Modifié le 26/03/2015

Il existe de nombreuses sources de distraction lorsqu'un conducteur est au volant de son véhicule. User de son téléphone, manger au volant, regarder une vidéo en conduisant, etc. sont autant d'activités annexes qui perturbent l'attention et détourne le conducteur de sa mission première : conduire avec prudence.

Santé et conduite


« Certains signaux doivent vous faire réfléchir »
La Sécurité routière et le Conseil national de l’Ordre des pharmaciens (Cespharm) s’associent et proposent aux professionnels de santé deux affiches « grand public ».
Il s’agit d’alerter les usagers de la route sur les facteurs qui altèrent les capacités nécessaires à la conduite et les inciter au dialogue préventif avec les professionnels de santé en cas de doute sur leur aptitude à la conduite. La conduite d’un véhicule nécessite de bonnes capacités de perception, d’analyse, de mouvement, de réaction, et un comportement adapté.
De nombreux facteurs peuvent altérer une bonne conduite : prise de médicaments, consommation de substances psycho-actives (alcool, drogues) ainsi que certaines affections médicales ou handicaps.
Photo : Affiche Santé et conduite
Photo : Affiche Santé et conduite

Les pharmaciens sont en première ligne pour sensibiliser le public et fournir des conseils adaptés. C’est le cas notamment lors de la délivrance de médicaments porteurs du pictogramme indiquant un risque pour la conduite.
Ces conseils sont aussi donnés à des patients qui expriment leurs craintes face, par exemple, à un état de fatigue ou à une baisse de l’acuité visuelle.

Téléphone au volant et accidentalité

Au mois de mars 2011, une étude pilotée conjointement par l'INSERM et l’INRETS faisant le point des résultats de recherches publiées à travers le monde a fait l'objet d'une communication par la DSCR. Les points principaux ainsi mis en évidence sont les suivants :
  • Téléphoner au volant impose une forte surcharge mentale et réduit gravement les ressources d’attention indispensables pour conduire. Le conducteur qui téléphone peut juste assurer des tâches de conduite routinières, en "pilotage automatique".
  • La pratique du téléphone au  volant est très répandue et multiplie par trois les risques d'accidents. Or, le risque est très largement mésestimé par les conducteurs.
  • On estime que près d'un accident corporel sur 10 est lié à l'utilisation du téléphone portable au volant.
  • De nouveaux usages tactiles et visuels du téléphone, sollicitant davantage les capacités d'attention du conducteur, progressent rapidement, plus spécialement dans la jeune génération des conducteurs.

Quelques conseils pour s’empêcher de téléphoner au volant

  • Eteignez votre portable ou mettez-le en mode silencieux ou « avion ».
  • Si vous avez peur des tentations, mettez votre portable dans le coffre de la voiture avec vos autres objets de valeur. Ceci préviendra également les vols à la tire.
  • Si vous êtes accompagné, demandez à votre passager de prendre votre communication.
  • Si vous devez vous servir de votre téléphone (répondre à un appel, en passer un, écrire un sms), faites une pause ! Arrêtez-vous sur un parking, une aire de repos ou une place de stationnement. Sur l’autoroute, arrêtez-vous uniquement sur les aires de repos prévues à cet effet, et non sur les bandes d’arrêt d’urgence.
  • Pensez au coût si vous êtes verbalisé un téléphone à l’oreille ! 135 euros et 3 points de permis en moins.
  • Même avec un kit main-libres, écourtez votre conversation car plus elle dure, plus l’esprit s’évade et donc plus le risque augmente.

Les chiffres


Les chiffres en infographie !


Source : baromètre du Marketing mobile en France en partenariat avec ComScore, GFK et Médiamétrie - Juin 2013


infographie_smartphone