×

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus sur les cookies .

Démarches  

Fermetures estivales :

Le service des permis de conduire sera exceptionnellement fermé au public le lundi 24 juillet 2017 .

A compter du jeudi 13 juillet et jusqu'au 31 août inclus , le service des objets trouvés  sera fermé tous les jeudi matin. Le service rouvrira ses portes à partir de 14h00 et conservera ses horaires habituels les autres jours de la semaine.

NRBC

Modifié le 03/06/2015

L’appellation « NRBC » est utilisée à l’origine, pour parler des risques nucléaires, radiologiques, biologiques et chimiques. Le risque lié aux agents explosifs a été pris en compte à la suite des attentats du 11 septembre 2001 conduisant ainsi à l’acronyme actuel « NRBC-E ».

Le risque nucléaire (N) et radiologique (R)

Picto_Nucléaire

Les rayonnements sont liés à la radioactivité. Ce phénomène a lieu lorsqu’un atome se désintègre en émettant de l’énergie et/ou une particule (électron ou atome d’hélium). L’intensité du rayonnement d’une source naturelle ou artificielle est mesurée en becquerel. Ces rayonnements, invisibles, peuvent être, dans certaines conditions d’exposition, dangereux pour les êtres vivants et il faut savoir s’en protéger. Les effets de la radioactivité sur l’organisme humain dépendent du type de rayonnement et de la dose reçue. Celle-ci est mesurée en sievert.

L’organisme peut être exposé de plusieurs façons par :


  • exposition externe à distance : c’est l’irradiation par une source située à distance de l’organisme et dont les rayonnements ionisants peuvent atteindre celui-ci. Lorsque l’organisme n’est plus exposé à la source, l’irradiation externe cesse directement (éloignement, blindage). Plus la source est éloignée, moins il y a de rayonnement.
  • exposition externe au contact : c’est la contamination externe de la peau ou des vêtements par des particules radioactives présentes dans l’air ou dans l’environnement. L’exposition se poursuit tant qu’une décontamination externe n’a pas été réalisée (douche, déshabillage).
  • exposition interne (contamination interne) : lorsque les éléments radioactifs pénètrent à l’intérieur du corps, par inhalation ou par ingestion. L’exposition se poursuit tant que la source est à l’intérieur du corps.

Le risque N correspond au risque d’exposition aux activités utilisant l’énergie nucléaire (réacteurs et armes nucléaires).
Exemples d’agents radiologiques : Uranium 235, Iode 131, Césium 137, Cobalt 60…


Le risque biologique (B)

Picto_Biologique


Le risque B correspond au risque d’exposition à un virus, à une bactérie ou à une toxine susceptible de provoquer des dommages chez les hommes, les animaux et végétaux, par une maladie infectieuse transmissible ou non.
Exemples de maladies provoquées par les agents biologiques : Grippe, Peste, Charbon, Variole, Ebola, Botulisme…



Le risque chimique (C)

Picto_Chimique


Le risque C comprend les risques d’exposition aux toxiques industriels, ainsi qu’aux toxiques de guerre. Selon leurs propriétés physico-chimiques et les conditions d’utilisation, les toxiques chimiques peuvent se présenter sous différents états physiques : solide, liquide, vapeur, gaz ou aérosol.



Exemples d’agents chimiques : les neurotoxiques organophosphorés (Sarin, VX), les vésicants (Ypérite), les toxiques cellulaires (arsenic, cyanure), les suffocants (chlore, ammoniaque), les incapacitants physiques (lacrymogènes)…


Le risque explosif (E) 

Picto_Explosif


Le risque E correspond au risque d’exposition à une explosion. Une explosion est due à une réaction entre plusieurs substances. Cette réaction rapide donne lieu à une augmentation brutale de pression qui provoque un effet de souffle et une onde de pression, souvent accompagnée de flammes et de chaleur. Les explosions provoquent des traumatismes potentiellement graves.


Exemples d’agents explosifs : C4, TNT…
Les circonstances du risque NRBC-E peuvent être de natures diverses : accidents industriels (installations fixes ou transport de matières dangereuses), catastrophes naturelles, attentats terroristes, actes de malveillance… Le terrorisme NRBC-E est ainsi pris en compte par les pouvoirs publics comme une menace aux conséquences majeures.


Mesures prises en cas d’événement NRBC-E

La préparation nécessaire à la gestion du risque NRBC-E rassemble l’ensemble des acteurs publics (Secrétariat Général de la Défense et de la Sécurité Nationale (SGDSN), ministères, préfectures, etc.) et privés (opérateurs) concernés pour assurer en cas d’événement : la prise en charge des victimes, la protection des populations, la préservation de la vie sociale et économique et organiser un retour rapide à la normale.



Aussi, les différents plans nationaux (plan "Pirate-NRBC", plan "Accident nucléaire ou radiologique majeur", plan "Maladie à virus Ebola"…) prévus pour des situations accidentelles, malveillantes ou terroristes et impliquant des agents NRBC-E, sont déclinés au niveau zonal et départemental dans les dispositions ORSEC*. Les contraintes et enjeux sanitaires en cas d’événement NRBC-E sont également déclinés dans le dispositif sanitaire "ORSAN*" de l’Agence régionale de santé. Ces plans sont mis en œuvre selon la situation et la nature de l’événement.
* ORSEC : Organisation de la Réponse de la SÉcurité Civile
* ORSAN : Organisation de la Réponse SANitaire



Parmi les plans réalisés par le secrétariat général de la zone de défense et de sécurité de la Préfecture de Police (SGZDS), les dispositions spécifiques NRBC-E zonales et interdépartementales fournissent une aide à la décision au profit du Préfet de police et permettent la gestion de l’événement en coordonnant l’action des services. Par ailleurs, les procédures de terrain mises en œuvre par les sapeurs pompiers sont également traduites dans des plans (ex : Plan jaune de la Brigade des Sapeurs-pompiers de Paris). Celles-ci permettent notamment l’extraction rapide et le tri des victimes exposées, la réalisation de la décontamination d’urgence et la prise en charge médicalisée. Ces procédures sont conçues dans un objectif de rationalisation des moyens, donnant ainsi une capacité de réaction face à un autre évènement simultané de même nature.


Focus Entraînement civilo-militaire zonal NRBC-E

Le SGZDS organise des entraînements zonaux annuels en lien avec le centre national civil et militaire de formation et d’entraînement NRBC-E (CNCMFE).
En Ile-de-France, le centre d’entraînement zonal est implanté au centre de formation du Service Départemental d’Incendie et de Secours (SDIS) de Seine et Marne à Gurcy-le-Châtel (77). Les entraînements NRBC-E sont un préliminaire à l’organisation d’exercices de grande ampleur. Durant plusieurs jours, des présentations théoriques sont dispensées, des ateliers dits de "mécanisation" (répétition du geste) sont réalisés. Un jeu dirigé mettant en scène un événement complexe réaliste est proposé aux différents intervenants, dans l’objectif d’améliorer les mécanismes conjoints d’intervention et les capacités d’intervention.

Que dois je faire en cas d’événement NRBC-E ?

Recommandations générales

En cas d’événement NRBC-E, il convient :


  • de se conformer aux recommandations données par les autorités nationales et locales ;
  • de respecter les ordres d’évacuation ou de confinement (fermer les portes, les fenêtres et arrêter les ventilations) ;
  • d’écouter en permanence la radio ou la télévision et plus particulièrement la radio local de service public (France Bleu 107.1) ;
  • d’être attentif aux messages transmis par sirènes ou porte-voix.
  • dans tous les cas :
  • n’allez pas chercher vos enfants à l’école ;
  • ne téléphonez pas ;
  • ne restez pas dans un véhicule ou près des fenêtres, n’ouvrez pas les fenêtres.


Pour obtenir plus d’informations :
En savoir plus