×

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus sur les cookies .

Démarches  

Fermetures exceptionnelles :

Le bureau des permis de conduire  sera fermé au public le lundi 20 novembre 2017 .

En raison de travaux, la préfourrière Charléty  (Paris 13e) sera fermée du 9 au 22 novembre 08h00.  Veuillez nous excuser pour la gêne occasionnée.

La pollution atmosphérique

Modifié le 27/05/2016

La pollution en Ile-de-France : les risques

Compte tenu de sa forte densité urbaine, l’Ile-de-France (notamment Paris et les grands axes routiers) présente une forte concentration d’émissions polluantes et connaît une pollution chronique au dioxyde d’azote et aux particules fines voire des épisodes de pollution aigues. Des dépassements des seuils réglementaires définis au niveau européen sont fréquemment enregistrés.

Pollution atmosphérique


Que sont le dioxyde d’azote et les particules fines ?
Le dioxyde d’azote ou NO2  est un gaz brun avec odeur âcre, piquante, produit par les moteurs à combustion interne et les centrales thermiques (moteur diesel).
Les particules ou PM10  sont d’origine naturelle (éruptions volcaniques, érosion éolienne, feux de forêt) ou humaine (chauffage bois, combustibles fossiles, centrales thermiques, procédés industriels). Elles sont en suspension dans l’air et sont d’un diamètre inférieur à 10 micromètres. Il existe d’autre types de polluants, tels que le dioxyde de souffre (SO2) ou l’ozone (O3).


En raison de son caractère inévitable (chacun est contraint d’inhaler l’air de la zone géographique dans laquelle il vit), l’exposition aux pollutions atmosphériques concerne l’ensemble de la population. Les groupes les plus sensibles à la pollution de l’air sont les enfants, les femmes enceintes, les personnes atteintes de pathologies particulières respiratoires et/ou cardiovasculaires, ainsi que les personnes âgées

Quelles sont les mesures prises en cas de pollution atmosphérique ?

Face à la question de santé publique que représente la pollution atmosphérique en Ile-de-France, des dispositions ont été prises. Il existe notamment un plan de protection de l’atmosphère pour l’Ile-de-France, révisé début 2013. Il est consultable ici .


Pour chacun des polluants, des seuils de concentration ont été fixés. Sur signalement d’Airparif, leur dépassement détermine la réponse adaptée et proportionnée des pouvoirs publics selon un dispositif comportant deux niveaux de réaction  :

  • le niveau d’information et de recommandation , 1er  seuil de pollution sans mesure contraignante : une exposition de courte durée à certains niveaux de concentration de polluants présente un risque pour la santé humaine chez des groupes particulièrement sensibles de la population. Ce niveau justifie des recommandations sanitaires et comportementales pour réduire certaines sources fixes ou mobiles de pollution. Exemple : recommandation faite aux conducteurs de véhicules à moteur thermique de réduire leur vitesse.
  • Le niveau d’alerte, second seuil de pollution, comprenant, outre les actions d’information et de recommandation, des mesures règlementaires d’urgence graduées de restriction ou de suspension des activités concourant à l’élévation du niveau de concentration de polluant. A ce stade, une exposition de courte durée présente un risque pour la santé de l’ensemble de la population.


Le préfet de police, préfet de la zone de défense et de sécurité de Paris, en lien avec les préfets de département et un collège d’experts, détermine les mesures qui sont les plus adaptées aux caractéristiques de la pollution


La notion de persistance

L’arrêté inter préfectoral du 7 juillet 2014 (pris conformément à l’arrêté inter ministériel du 26 mars 2014) introduit pour les PM10 la notion de persistance d’un épisode de pollution (cf tableau ci dessous). Elle permet après 3 jours de dépassement du seuil d’information et de recommandation et en prévision d’un quatrième établi par Airparif, de basculer sur des mesures plus contraignantes prévues en procédure d’alerte. Celles-ci sont définies après consultation d’un collège d’experts et des préfets de départements.
Ce nouveau dispositif prévoit la possibilité de mettre en œuvre, de façon graduée, les mesures d’urgence, telles que la réduction de 20 km/h de la vitesse maximale autorisée sur les voies de la région Ile-de-France normalement limitées à 130km/h, 110km/h et 90km/h ou la restriction du transit des poids lourds, jusqu’à la mise en œuvre de la circulation alternée. Les contrôles antipollution sont également renforcés. Les sources fixes de pollution (installations classées pour la protection de l’environnement, activités polluantes, brûlage des déchets verts) font également l’objet de mesures de contrôle ou de suspension d’activité. Ces mesures sont prises en complément des recommandations sanitaires adressées à la population générale et aux populations vulnérables et sensibles par l’agence régionale de santé d’Ile-de-France.
Pollution persistance


Que dois-je faire en cas d'épisode de pollution atmosphérique ?


En savoir plus