×

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus sur les cookies .

Démarches  

Fermetures estivales :

Le service des permis de conduire sera exceptionnellement fermé au public le lundi 24 juillet 2017 .

A compter du jeudi 13 juillet et jusqu'au 31 août inclus , le service des objets trouvés  sera fermé tous les jeudi matin. Le service rouvrira ses portes à partir de 14h00 et conservera ses horaires habituels les autres jours de la semaine.

Lutter contre les violences

Modifié le 16/03/2017

Un colloque pour présenter les 8 mesures concrètes destinées à lutter contre les violences

Le travail mené depuis juillet dernier en matière de prévention des violences s’est achevé le 1er juin à l’occasion d’un colloque qui s’est tenu au Collège des Bernardins, en présence du préfet de police, M. Michel Gaudin, du procureur de la République de Paris, du directeur d’académie, d’élus parisiens, et de très nombreux représentants de la police, de la justice, de partenaires institutionnels et associatifs.

Coprésenté par le journaliste Marc Gilles et Sébastien Durand, conseiller technique auprès du préfet de police, cet événement visait à présenter l’action collective engagée par la préfecture de police et ses partenaires depuis un an pour mieux prévenir les phénomènes de violence.
Un projet ainsi résumé par le préfet de police en introduction  du colloque : « Trouver de nouvelles modalités d’intervention pour être plus efficaces contre la violence dans l’agglomération parisienne, à partir d’une observation de la réalité ».

Durant près de trois heures, trois débats introduits par la projection d’un film et animés par des spécialistes ont successivement permis d’aborder les manifestations contemporaines et les causes de la violence, les mesures de prévention des violences en amont et les stratégies de prévention de la récidive. A cette occasion, le public a pu découvrir les huit mesures conçues à l’issue de ce projet dont certaines déjà mises en œuvre à la préfecture de police. La plus emblématique concerne la mise en place de parcours individualisés de plusieurs mois destinés à certains mineurs auteurs d’actes de violence, jalonnés de passages réguliers dans certains services de la préfecture de police où ils effectuent des travaux de réparation ou de manutention, suivent des modules de rappel à la loi, et découvrent l’institution policière sous un angle inhabituel.

Objectif : développer la rigueur, l’empathie et le goût de l’effort. Un film de quatre minutes a présenté les parcours des deux premiers jeunes accueillis par la préfecture de police. Encadrés par un « mentor », adulte référent qui peut leur offrir un modèle positif, ils ont assisté les ouvriers du service des affaires immobilières et effectué des maraudes auprès des policiers de la brigade d’assistance aux personnes sans abri. Parmi les autres mesures préconisées : des actions contribuant à restaurer l’autorité des parents, des mesures de réparation pour les mineurs primodélinquants ou encore des séances de prévention des cyberviolences.



Colloque sur les violences 2011 par prefecturedepolice

Une action de fond sur le phénomène des violences

Logo lutter contre les violences

La préfecture de police a décidé de mener une action de fond sur le phénomène des violences. Son ambition : apporter sa contribution au débat public et associer ses partenaires à la définition de solutions innovantes, concrètes et pérennes pour renforcer la lutte contre les atteintes aux personnes.

Le travail a débuté en août 2010 avec la rédaction d’une étude préparatoire de laquelle ressortent sept thématiques principales :

  • les violences « sous influence » (alcool, psychotropes, images violentes, …) ;
  • les dimensions personnelles de la violence (aspects psychologiques, neurologiques, émotionnels…) ;
  • les violences et phénomène des bandes ;
  • les violences acquisitives ;
  • la violence dématérialisée (cyberharcèlement) ;
  • les dimensions sociales de la violence ;
  • faire face à la violence en temps réel.

Chacune d’entre elle sera approfondie au travers d’entretiens et d’ateliers associant différents professionnels. L’objectif est de croiser les points de vue et les expériences de spécialistes – sociologues, chercheurs, cliniciens – et d’acteurs de terrain – policiers, magistrats, enseignants, élus de proximité.

A l’issue de cette démarche participative, un forum sera organisé au premier trimestre 2011 pour présenter au grand public la restitution des travaux ainsi que les actions qui seront mises en œuvre par la préfecture de police pour contribuer à mieux prévenir les violences.

Nous vous invitons à découvrir au fil des semaines l’évolution du projet sur cette page Internet dédiée. Vous pourrez suivre l’avancement des travaux au travers des interviews des professionnels rencontrés, de vidéos effectuées lors des tables rondes, ou encore d’articles rapportant l’activité récente des services de police dans la lutte contre les violences.

Atelier-débat « faire face aux situations de violence »

Mardi 1er mars en matinée s'est tenu un nouvel acte de la réflexion au long cours que mène la préfecture de police sur le sujet des violences depuis l'été dernier.

Discours Préfet Gaudin

Devant un auditoire de 200 professionnels exposés à la violence dans la pratique quotidienne de leur métier, des intervenants ont répondu à la question : « comment faire face aux situations de violence ». Officier négociateur à la brigade de recherches et d'intervention, agent de surveillance de Paris assurant des missions de régulation auprès d'usagers énervés après l'enlèvement de leur véhicule, ou encore médecin responsable d'un service d'accueil des urgences, tous ont livré les trucs et astuces de leurs modes d'intervention, mais aussi leurs analyses en profondeur du phénomène des violences. Cet atelier - débat constitue le point de départ de la généralisation d'actions de formation destinées aux agents de terrain de la préfecture de police.

Visite à l’infirmerie psychiatrique de la préfecture de police (IPPP)

Une visite de l’IPPP a permis de mieux appréhender les phénomènes de violence "irrationnelle" (psychiatriques ou sous l’emprise de l’alcool).

Infirmerie

 
En effet, l’IPPP accueille des personnes en crise aiguë qui présentent des troubles mentaux manifestes et un danger imminent pour elles-mêmes et pour autrui. De l'expérience acquise à l’IPPP, il ressort que certaines maladies psychiatriques peuvent avoir des répercussions importantes sur la dangerosité des individus. Les études montrent d’ailleurs qu’un crime violent sur 20 est commis par un patient psychotique. De même, la consommation d’alcool ou de toxiques peut constituer un facteur de dangerosité supplémentaire.
Une mesure très concrète a été proposée à l’issue de cette visite : l’IPPP dispensera aux policiers de terrain une formation portant sur les bons réflexes à avoir face à des individus (potentiellement violents et souffrants de pathologie mentale) soumis à une phase de violence "irrationnelle".

Retour sur une matinée consacrée au phénomène des cyberviolences

Le 25 novembre 2010, pour la première fois, le nouveau module de prévention conçu par la préfecture de police pour sensibiliser les collégiens aux cyberviolences a été présenté à une classe de 4e du lycée Jules Ferry (Paris 9e).

Réunion violences

Ce module est dorénavant intégré au programme des interventions dispensées par les missions de prévention et de communication des commissariats d'arrondissement dans les établissements scolaires parisiens. Cette action novatrice fait partie des solutions retenues dans le cadre du projet "lutter contre les violences", dont l'ensemble des conclusions sera présenté au printemps 2011.

Souvent surpris des formes que prennent les cyberviolences, et parfois inquiets des conséquences que peuvent avoir la diffusion d'informations à caractère privé sur Internet, les élèves se sont montrés attentifs et ont été particulièrement touchés par les messages de prévention que leur ont passés les policiers. Trois courts métrages diffusés lors de l'intervention ont suscité un vif intérêt (synthétisés en une seule vidéo) :

Une table ronde ponctuée de débats s'est ensuite déroulée, en présence de Mme Catherine Blaya-Debarbieux, professeur des universités dont les travaux sur le cyberharcèlement sont particulièrement reconnus, de policiers de la préfecture de police affectés dans les services chargés de lutter contre ce phénomène, d'une représentante de l'association "jeunes violences écoute", et du principal du Lycée Jules Ferry.

  • Consultez la vidéo de cette matinée, qui synthétise les principales informations à retenir sur le phénomène des cyberviolences

Entretien avec M. Debarbieux, spécialiste des violences scolaires

Debarbieux

« La violence est une forme pervertie d’amusement pour certains jeunes, qui se manifeste d’autant plus que l’effet désinhibant du groupe tend à diminuer fortement l’empathie des individus pour les victimes et facilite le passage à l'acte. » Eric Debarbieux

Nous avons eu le privilège de recueillir les analyses de M. Debarbieux, spécialiste des violences scolaires, président de l'observatoire international de la violence à l’école. Après nous avoir livré son point de vue sur l’évolution récente des violences, notamment pour ce qui concerne l’émergence du phénomène des groupes et des bandes, M. Debarbieux nous a fait part de son approche en matière de prévention.

Entretien avec Laurent Bègue, professeur de psychologie sociale

Laurent Begue

Diplômé d’alcoologie, Laurent Bègue est professeur de psychologie sociale à l’université de Grenoble et membre de l’institut universitaire de France (IUF). Il est l’auteur de L’agression humaine  (Dunod, 2010), ouvrage présentant les principaux modèles explicatifs psychologiques et psychosociologiques de l'agression.

Nous avons rencontré Laurent Bègue au cours d'un entretien passionnant portant sur les facteurs de la violence. M. Bègue nous a décrypté les mécanismes de la violence avec clarté, précision et pédagogie. Au delà de cet entretien, nous avons convié M. Bègue à éclairer de ses analyses le conseil parisien de sécurité et de prévention de la délinquance, qui s'est réuni le 10 décembre au palais de justice de Paris.