×

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus sur les cookies .

Démarches  

L'accueil des usagers d'une salle de réception du public étranger (salle séjour 1 recevant à titre principal les ressortissants d'Asie, Océanie, Europe, Proche Orient Amérique) connaît des perturbations que nous nous efforçons de régler dans les meilleurs délais. Merci de votre compréhension.

Vos commissariats dans le Val-de-Marne

Modifié le 09/07/2015

L'action de la police dans le Val-de-Marne

Dans les années 1950, la chanson de Bourvil « À Joinville de Pont » vantait les bucoliques bords de Marne et ses fameuses guinguettes où l’on pouvait aller guincher entre amis… Le Val-de-Marne a certes conservé dans les communes traversées par cet affluent un charme désuet avec ses pavillons construits entre la fin du XIXe siècle et les années 1930, mais son territoire est aussi aujourd’hui constellé de grands ensembles urbains construits après la seconde guerre mondiale.

Hormis au sud-est où subsiste une activité agricole, les cités sont réparties sur tout le département. Certaines présentent un taux de délinquance important, comme celles de Villiers-sur-Marne et de Champigny-sur-Marne (au nord), du Kremlin-Bicêtre, de Villejuif et de Cachan (à l’ouest), d’Orly, de Vitry-sur-Seine, de Villeneuve-Saint-Georges et de Valenton (au sud-ouest). Incendies de véhicules et de poubelles, dégradations, affrontements entre bandes de cités opposées et vols avec violence sont fréquents. Les chiffres sont éloquents : si la délinquance générale a reculé de 3 % en 2008, les incendies de biens publics y ont crû de 45 %.

Selon la gravité des incidents, les unités mobiles départementales peuvent intervenir en renfort auprès des effectifs locaux. Sur place, les policiers sont souvent bombardés de projectiles : « Quand on voit du bleu arriver dans certains quartiers, ça devient chaud. Le caillassage des forces de l’ordre devient une habitude. La police est considérée comme une bande rivale à combattre » , explique le capitaine Bernard Jolys, chef de la CDI, l’une de ces unités.

Ces trois services, aujourd’hui rassemblés dans l’antenne départementale du Val-de-Marne de la compagnie de sécurisation et d’intervention de l’agglomération, se répartissent les patrouilles sur les sites sensibles du département, en complément de celles de la brigade anticriminalité et du service de la voie publique des commissariats 
locaux. Dans certains quartiers d’Orly jugés particulièrement difficiles, leur action est appuyée par les patrouilles des 14 policiers de la nouvelle Uteq (unité territoriale de quartier).

Délinquants en transit

Le Val-de-Marne subit aussi une délinquance importée dans ses zones limitrophes avec la Seine-Saint-Denis, à l’est, et l’Essonne, au sud : vols, vols à l’arraché en deux roues, trafics de stupéfiants, rixes entre bandes, etc.

Par ailleurs, de nombreux casseurs issus de ces départements et du Val-de-Marne empruntent les lignes C et D du RER qui traversent le département pour rejoindre les manifestations parisiennes, dégradant au passage rames et stations.

En 2008, les faits commis dans les transports en commun ont augmenté de 8,8 %. Dans les jours qui précèdent ces rassemblements, le département organise de nombreuses patrouilles dans les trains et les principales stations (Choisy-le-Roi, Villeneuve-Saint-Georges), en liaison avec le service régional de la police des transports de la préfecture de police. « La nouvelle police d’agglomération facilitera les échanges d’informations sur ces déplacements de bandes entre Paris et notre département. Il sera plus facile de suivre l’itinéraire des délinquants » , souligne Richard Srecki, chef de la sûreté départementale.

Les beaux quartiers comme ceux de Nogent, Champigny, Brie ou Saint-Maur ne sont par exempts de délinquance. On y observe une recrudescence des cambriolages comme dans le reste du département (+5,9 % au premier semestre 2009). « Nous dépêchons systématiquement sur place une équipe chargée de relever les traces et indices » , ajoute Richard Srecki. L’an dernier, 115 cambrioleurs ont été confondus de cette manière. La lutte contre cette délinquance de voie publique, qui concerne aussi les vols à l’arraché, les vols avec violence ou les vols dans les véhicules, est l’objectif prioritaire en 2009. La police d’agglomération a sa feuille de route toute tracée.

Localisation des commissariats



Fiche d'identité du 94
Superficie  : 244 km2
Population  : 1 310 345 habitants
Nombre de communes  : 47
Nombre de commissariats  : 17
Effectifs  : 3 170
Nombre de faits constatés  : 90 166 dont délinquance de voie publique 44 903 carte 94