×

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus sur les cookies .

Maintenance  

Le site Internet de la préfecture de police sera momentanément indisponible dimanche 25 juin de 9h30 à 12h30 . Veuillez nous excuser pour la gêne occasionnée.

La résilience

Modifié le 08/07/2015

Etre résilient, c'est avoir la capacité de maintenir ses fonctions primordiales, la capacité d'un système à faire face à une perturbation en limitant sa vulnérabilité face aux aléas. Par exemple, pour une ville ou un territoire, c'est sa capacité à absorber une perturbation puis à récupérer ses fonctions à la suite de celle-ci. La capacité à absorber une perturbation consiste dans les faits à réussir à fonctionner du mieux possible dans des conditions dégradées.


Il est possible de fonctionner en mode dégradé grâce aux Plan de Continuité d'Activité (PCA) et Plan Communal de Sauvegarde (PCS). Ils sont mis en place par les entreprises et les collectivités territoriales et consistent en prévoir un plan qui permette de continuer à fonctionner au mieux lors d'une perturbation puis de remettre progressivement en place l'ensemble de ses fonctions.


ville-ligne


Pour l'exercice EU Sequana 2016, il s'agit de préparer un certain nombre d'acteurs à faire face à une crue exceptionnelle de la Seine. Ceux-ci doivent pouvoir maintenir leur activité dans ce genre de cas et communiquer entre eux car la résilience d'un territoire passe par un dialogue entre les acteurs compte tenue de l'interdépendance des réseaux (la RATP ne peux fonctionner sans électricité par exemple).

Afin de rendre un territoire résilient, l'aménagement urbain prévoit, par exemple, des immeubles sans caves dans les zones inondables, des routes secondaires utilisables en cas d'inondation permettant de ravitailler une entreprise pour qu'elle puisse continuer son activité ou encore faire en sorte que les installations d'importance vitale ne soient pas installées dans des zones à risque.


Enfin, même si l'objectif final de la résilience est de récupérer les fonctions à la fin d'une perturbation, un retour à la « normale » est impossible. En effet, à la suite d'une inondation par exemple, des quartiers entiers seront métamorphosés, certaines entreprises ne pourront reprendre une activité égale à celle qu'elles avaient avant. Toutefois, être résilient induit une métamorphose du territoire car s'il faut loger moins de personnes dans des zones exposées mais de façon plus sûre qui garantirait la sécurité et le maintien des fonction vitales ou s'il faut produire moins pour une entreprise mais être sûr que cette production continue en cas de perturbation alors cela est mieux.


Etre résilient contribue à faire avancer le territoire positivement et instaurer un dialogue entre les acteurs de la vie sociale et économique. De plus, montrer qu'un territoire est résilient, cela permet l'investissement et donc l'emploi car ce qui est mis en avant est un territoire prêt à faire face !