×

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus sur les cookies .

Démarches  

L'accueil des usagers d'une salle de réception du public étranger (salle séjour 1 recevant à titre principal les ressortissants d'Asie, Océanie, Europe, Proche Orient Amérique) connaît des perturbations que nous nous efforçons de régler dans les meilleurs délais. Merci de votre compréhension.

La crue en cartes

Modifié le 01/02/2016

A quoi ressemblerait l'Ile-de-France en cas de crue ? Découvrez une modélisation du phénomène de crue.
Carto crue

Source : IGN - Limite des plus hautes eaux connues de la crue de 1910 en région parisienne



La modélisation du phénomène de crue est complexe et ses représentations variées. Son pilotage relève de la DRIEE. On peut trouver :

  • La carte des Plus Hautes Eaux Connues (PHEC), qui est une carte historique. Son objectif est grand public (informer les populations) en représentant les zones effectivement inondées dans le passé.
  • Les cartes du Plan de Prévention du Risque Inondation, qui est un zonage à valeur réglementaire. L’objectif est de ne pas augmenter le nombre de personnes et biens exposés et de ne pas aggraver les risques. Y est figurée la hauteur d’eau atteinte par une crue de référence.
  • Cartes des quatre scénarios ORSEC. Construites sur une simulation numérique de l’écoulement de l’eau elles présentent les inondations de façon simplifiée afin de permettre la planification. D’où une représentation à l’échelle régionale, de sorte que les opérateurs puissent développer leurs plans d’action. C’est ici qu’interviennent les coefficients allant de 0,6 à 1,15 par rapport à une crue de référence (1910).
  • Trois cartes liées à la transposition de la directive européenne inondation, selon l’ampleur du risque : probabilité fréquente, moyenne, extrême. Suivant l’une de ces hypothèses, on reconstitue une ligne d’eau sur un modèle numérique de terrain qui définit les zones inondables et les classes de hauteur d’eau ( inférieur à 1 m, entre 1 et 2 m, supérieur à 2 mètres).
  • Des cartographies associées à chaque station de mesure, correspondant à des coefficients du débit de la crue de référence, croisées avec un modèle numérique de terrain, qui définissent des Zones Inondées Potentielles (ZIP) qui donne le contour d’une crue sans donner d’indications relatives aux hauteurs d’eau.
  • Une carte Zone Iso Classes Hauteurs (ZICH) apportant l’information sur la hauteur prévisible, par classe de hauteur de 50cm. Pour l'exercice EU SEQUANA 2016, c'est ce dernier jeu de cartographies qui sera utilisé.

Malgré la précision de la cartographie il faut être prudent et tolérer une marge d’erreur, due à plusieurs incertitudes :

  • Topographie du terrain naturel,
  • Inondation possible par les réseaux,
  • Brèches-fuites de murettes,
  • Crues par remontées de nappes non prises en compte dans la modélisation.

Par ailleurs les scénarios correspondent tous à des répliques de la crue de 1910, ils sont donc tous équivalents en ampleur, sur chacun des affluents. Or l'ampleur des phénomènes varie selon les secteurs, on pourra ainsi trouver une crue correspondant au scenario R10 sur la Seine moyenne et R0,6 sur la Marne.

De même, la cartographie de zone inondée représente toujours l'inondation maximale, sur la durée totale de la crue, sans tenir compte du facteur temps : elle n’offre pas une représentation à l’instant T.

En savoir plus

Découvrez le simulateur de crue de l'application Préf.Police !