×

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus sur les cookies .

Démarches  

L'accueil des usagers d'une salle de réception du public étranger (salle séjour 1 recevant à titre principal les ressortissants d'Asie, Océanie, Europe, Proche Orient Amérique) connaît des perturbations que nous nous efforçons de régler dans les meilleurs délais. Merci de votre compréhension.

La Seine en crue

Quels seraient les impacts d'une crue sur la région Ile-de-France ?


crue slider

Les impacts en détail


Pour se rendre compte de l'impact d'une crue sur la région Ile-de-France, il est bon de se fonder sur quelques chiffres :

  • l’Ile-de-France concentre le tiers de la vie économique nationale. Elle abrite le siège des institutions gouvernementales et de nombreuses entreprises,
  • début 2012 la région contribuait à hauteur de 30,1 % au PIB métropolitain,
  • elle comptait 12 millions d'habitants au début de l'année 2013, soit plus de 18 % de la population française (source INSEE).


Une étude de l'OCDE publiée en 2014 a cherché à mesurer les effets d'une crue centennale de la Seine, en voici un extrait :

« Les évaluations des impacts économiques de différents scénarios de crue centrés autour de la crue centennale  de 1910 montrent qu’un choc de grande ampleur pourrait ainsi avoir un impact macroéconomique significatif en termes de PIB, avec des répercussions tant en termes d’emploi, que sur les finances publiques. Celles-ci seraient alors fortement sollicitées, et pourraient connaître une dégradation correspondante sur une période durable.

Les dommages d’une telle catastrophe ont été estimés de 3 à 30 milliards d’euros pour le dommages directs  selon les scénarios d’inondation, assortis d’une réduction significative du PIB qui atteindrait sur cinq ans de 1.5 à 58.5 milliards d’euros  soit de 0.1 à 3 % en cumulé. La réduction de l’activité des entreprises causée par l’inondation impacterait significativement la demande en main d’oeuvre avec jusqu’à 400 000 emplois qui pourraient être affectés  dans le cas extrême.

Même si le rebond d’activité pourrait réduire certains de ces effets rapidement après une année, les conséquences dommageables d’une crue majeure de la Seine pourraient se faire sentir à moyen et long terme et peser sur les finances publiques ».


Plus d'informations et de chiffres clés


En temps normal, le débit moyen de la Seine est d'environ 200 mètres cubes par seconde. En 1910 il était à 2400 mètres cubes.

La région parisienne se situe au cœur de trois confluences : Seine-Yonne/Marne/Oise. Une crue majeure intervient lorsque la Seine, la Marne et l'Oise connaissent des crues relativement simultanées. La période propice à une crue majeure s'étend de novembre à avril.


carte bassin


Un peu d'histoire

Paris et les crues de la Seine, c'est une longue histoire. La première dont on ait une trace écrite remonte à 582, mentionnée par Grégoire de Tours. 1910 est bien évidemment la crue inscrite dans la mentalité des franciliens. Elle constitue par ailleurs la crue de référence pour de nombreuses modélisations ( cartographie, scénarios de crue...) Mais il ne faut pas oublier d'autres exemples de crues marquantes au 20 ème siècle :

  • Janvier 1924  : des quantités de pluie 2 à 3 fois supérieures aux valeurs normales entre septembre et janvier.  Le niveau maximal de la crue est mesuré à 7,32m à l'échelle de Paris Austerlitz au début du mois de janvier pour une décrue le 31,
  • Janvier 1955  : après un fort épisode neigeux, la fonte rapide des neiges couplée avec des sols gelés amènent à un pic de crue mesuré à 7,12m à l'échelle de Paris Austerlitz le 23 janvier,
  • Janvier 1982 : un exemple caractéristique de la longue durée des crues : les 3 mètres sont dépassés à Austerlitz du 12 décembre au 6 février, avec un pic à 6m18 le 14 janvier,
  • 1995 : crue de l'Oise,
  • 2001 : succession de plusieurs crues, après une année 2000 très humide ; qui avaient entraîné plusieurs fermetures des voies sur berge et de la navigation sur la Seine.

Crue_2


On différencie trois grands types de crues :

  • Rapides  : fortes pluies sur une courte durée. Ces crues concernent surtout les cours d'eau encaissés et ont lieu la plupart du temps en été,
  • Lentes de plaine, par débordement  : fortes pluies hivernales et saturation des sols. Ces crues sont marquées par une longue période de montée des eaux et d'inondation.
    C'est à ce genre de crue que les franciliens doivent se préparer. En 1910 on observait 50 cm d'élévation du niveau de l'eau par jour et la décrue avait pris 45 jours.
    De facon générale, il faut être conscient que sur 2 à 3 mois les conditions de vie des franciliens seraient largement dégradées.
  • Remontée de nappes  : à l'image de la Somme en 2001, ces crues interviennent lorsque le niveau de la nappe phréatique atteint la surface du sol.
    Ce phénomène pourrait également arriver en Ile-de-France.

La région parisienne se situe au cœur de trois confluences : Seine-Yonne/Marne/Oise. Une crue majeure intervient lorsque la Seine, la Marne et l'Oise connaissent des crues relativement simultanées. La période propice à une crue majeure s'étend de novembre à avril.

La crue est provoquée par des pluies exceptionnelles sur le bassin versant de la Seine. Son risque est aggravé par :

  • Un important cumul pluvieux sur les derniers mois,
  • Un grand froid entraînant le gel des sols,
  • Un cumul pluvieux de long terme (plusieurs années) entraînant un niveau élevé des nappes.

Pour en savoir plus sur les inondations d'un point de vue scientifique, vous pouvez consulter le site du Bureau de Recherches Géologiques et Minières Ile de France.


Et le site de la DRIEE Ile-de-France

Mais qui prévoit la crue ?

Un service de prévision des crues (SPC) Seine Moyenne -Yonne-Loing, rattaché à la DRIEE, qui émet ses prévisions sur la base des 15 stations de mesure situées en Ile-de-France.

echelle crue





En cas de crue, deux bulletins sont émis chaque jour. Une couleur de vigilance est attribuée à chaque tronçon (vert, jaune, orange et rouge).

Ces bulletins fournissent des prévisions de hauteurs pour les 24 heures voire pour les 2/3 jours à venir selon les prévisions climatiques. La tendance est donc à 3 jours, la certitude à 24 heures, ce qui soulève le caractère relativement imprévisible d'une crue.

Pour plus d'informations




D'importants travaux d'aménagements ont été entrepris ces dernières années sur le bassin de la Seine avec notamment l'installation de 4 lacs-réservoirs. (1949/1991). Ces lacs sont gérés par l'EPTB Seine-grands lacs (établissement public interdépartemental)

Pour plus d'informations


Par ailleurs plusieurs digues de protection et murettes anti-crues ont été installées par certaines collectivités. A des fins d'information et de sensibilisation du public la Seine est jonchées de repères de crue, comme tous les cours d'eau de France...

Pour plus d'informations


Ces moyens sont pleinement efficaces en cas de crue moyenne (soit une hauteur d'eau d'environ 6/7 mètres à l'échelle du pont d'Austerlitz, échelle de mesure de référence pour la ville de Paris). Mais ils n'éviteront pas une crue majeure.