La brigade criminelle

Modifié le 26/06/2020

Au 36, quai des orfèvres, la brigade criminelle et les 100 hommes et femmes qui la composent, enquêtent sur les homicides, les enlèvements, mais aussi sur les incendies volontaires et les attentats.

Rattachée à la direction régionale de la police judiciaire de la préfecture de police, cette brigade centrale est compétente à Paris et en première couronne. Dirigée par un commissaire divisionnaire, elle est composée de trois sections de droit commun, dotées de trois groupes d’enquête chacune, et d’une section anti-terroriste comptant trois groupes d’enquête et un groupe financier.


Héritière des « Brigades du Tigre », celle que l'on nomme "La Crim’" offre un chiffre exemplaire de 65% d’affaires résolues. Dans la chaîne pénale, elle est présente du début jusqu’à la fin : de la saisine à la cour d’assises, en passant par l’instruction.


Ses enquêteurs travaillent parfois sur des « cold cases » dans les limites de la prescription décennale. Des crimes en série, comme la célèbre affaire Guy Georges, à l’enlèvement et au meurtre de la jeune suédoise Suzanna Zetterberg, la Brigade criminelle effectue chaque jour une plongée fascinante au cœur du fait divers et de la condition humaine.