×

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus sur les cookies .

Le service des compagnies motocyclistes

Modifié le 08/10/2014

Créé en 1920, le service des compagnies motocyclistes (SCM) de la préfecture de police fête cette année ses 90 ans !


Effectuant les plus grandes escortes dans la capitale, il s’investit également au quotidien dans la lutte contre l’insécurité routière. Zoom sur l’historique et les missions de cette unité prestigieuse.

Rattaché à la sous-direction régionale de la circulation et de la sécurité routières de la direction de l’ordre public et de la circulation, le service des compagnies motocyclistes est composé de 270 effectifs dont plus de 250 motocyclistes (dont 8 femmes) qui travaillent en relation étroite avec les motocyclistes des départements de petite couronne dans le cadre de la police d’agglomération.

A l’origine, une « police montée » à moto

L’histoire des motards commence il y a 90 ans lorsque, sous l’impulsion du préfet de police Fernand Raux, la police montée à cheval du XIXe siècle donne naissance, avec le développement de l’automobile et le perfectionnement des motocyclettes, à la « police montée » à moto. Fin 1920, neuf gardiens de la paix sélectionnés par concours et dotés de machines Blériot constituent la première formation motocycliste. L'année suivante, douze motos Indian et Harley-Davidson remplacent ce matériel. Les motos souffrent alors d’un manque de freins et de suspensions, et sont dotées d’un embrayage au pied avec changement de vitesses par levier à droite du réservoir. Les chutes étaient très fréquentes. Le matériel évoluera progressivement et suivra la hausse des effectifs.


A la création de l’unité, les motards ne sont pas dotés d'uniforme, leur seul signe distinctif étant celui de la préfecture de police porté sur leur couvre-chef. Dès 1928, la vingtaine de motards est dotée d’une tenue d’uniforme issue de la cavalerie. La tenue évoluera en tenant compte des impératifs de sécurité des personnels.


Les casques noirs attribué aux policiers motocyclistes jusqu’en 1961 sont à l’origine de l’appellation d’« anges de la route ». Ce surnom résulte de la bande réfléchissante cerclant le casque et donnant l’impression, la nuit, qu’une auréole coiffe les policiers. Depuis lors, les casques de la police sont blancs, équipés pour l’émission et la réception de la radio ACROPOL et d’un dispositif d’éclairage intégré facilitant la lecture des documents la nuit.


En moto Réne Gillet, en 1936.
full size
En moto Réne Gillet, en 1936.
En moto Réne Gillet, en 1936.
En moto Réne Gillet, en 1936.
En Yamaha 1300FJR, en 2005.
En Yamaha 1300FJR, en 2005.
Essais radio dans un side-car Réne Gillet, en 1948.
Essais radio dans un side-car Réne Gillet, en 1948.
Gardien de la paix motocycliste posant devant sa moto de marque Triumph, dans les années 50.
Gardien de la paix motocycliste posant devant sa moto de marque Triumph, dans les années 50.
Motocyclistes en patrouille sur un side-car BMW R 71, en 1951.
Motocyclistes en patrouille sur un side-car BMW R 71, en 1951.
Patrouille circulant en BMW R60 / 5 sur le boulevard périphérique, en 1980.
Patrouille circulant en BMW R60 / 5 sur le boulevard périphérique, en 1980.
Policier motocycliste dans la cour du 19 août de la préfecture de police, en 2010.
Policier motocycliste dans la cour du 19 août de la préfecture de police, en 2010.
Policier motocycliste sur une Harley Davidson 900 cm3, en 1923.
Policier motocycliste sur une Harley Davidson 900 cm3, en 1923.
Policiers motocyclistes circulant en BMW K 75 lors des journées mondiales de la jeunesse (Pape Jean-Paul II), en 1997.
Policiers motocyclistes circulant en BMW K 75 lors des journées mondiales de la jeunesse (Pape Jean-Paul II), en 1997.
Policiers motocyclistes circulant en BMW RT devant le Panthéon, en 2002.
Policiers motocyclistes circulant en BMW RT devant le Panthéon, en 2002.
Sur une Cemec 750 cm3, en 1951.
Sur une Cemec 750 cm3, en 1951.
 

Des missions d’escorte à la lutte contre l’insécurité routière

A l’origine brigade motocycliste, devenue compagnie motocycliste, puis dénommée en 2006 service des compagnies motocyclistes, le SCM est chargé de missions très diverses. Aujourd’hui, les missions, les personnels et les moyens restent dans la lignée des deux grands domaines historiques que sont les escortes et la sécurité routière. Mais le SCM est également compétent pour le contrôle de la réglementation sociale européenne en matière de transport de voyageurs et de marchandises, de contrôle de charge et de transport des matières dangereuses. La section d’honneur motocycliste, composée de policiers du SCM et de motocyclistes des départements de petite couronne, exécutent des démonstrations d’agilité à moto lors d’évènements internationaux.


Basé, depuis 1945, au 18 de la rue Chanoinesse à Paris (4e arr.), le service des compagnies motocyclistes est aujourd’hui équipé de 175 motos sérigraphiées (en majorité des BMW 1150 RT et des nouvelles Yamaha 1300 FJR) et de quatre motos banalisées (équipées d’avertisseurs spéciaux discrets) pour effectuer de nouvelles missions en matière de lutte contre l’insécurité routière.


Pour rejoindre les motocyclistes du SCM, il est nécessaire de réussir l’examen national. Les motocyclistes doivent être âgés de 40 ans au maximum, compter un an de titularisation, et détenir le permis de conduire ad hoc. L’examen est composé de tests psychotechniques, d’épreuves théoriques et pratiques et d’un entretien avec un jury. Certains tests sont éliminatoires.


La formation se déroule pendant près de quatre mois au centre national de formation motocyclistes de Sens (89) puis, pour les Parisiens, au centre de formation spécialisé motocycliste de Chevilly-Larue (94). Un contrôle d’aptitude est effectué tous les cinq ans.

Chiffres clés en 2009


  • 6000 escortes  réalisées dont 1650 de personnalités françaises (dont le Président de la République, le Premier ministre et le ministre de l’Intérieur), 900 de personnalités étrangères, 800 de véhicules sanitaires, 400 de forces de l’ordre, 80 de transports exceptionnels, 1750 de détenus et plus de 300 de valeurs diverses.
  •  900 opérations spécifiques de police routière  organisées, au-delà des patrouilles quotidiennes. Parmi elles, on en comptabilise 90 contre l’alcoolémie, 280 contre la vitesse ainsi que 350 opérations ciblées et 250 en tenue civile sur des motos banalisées. Plus de 35000 infractions ont été constatées et 1900 interpellations ont été réalisées.
  •  1 500 000 km parcourus  par les motocyclistes.

Contrôle de la conformité d’un taxi parisien avec la réglementation en vigueur.
full size
Contrôle de la conformité d’un taxi parisien avec la réglementation en vigueur.
Contrôle de la conformité d’un taxi parisien avec la réglementation en vigueur.
Contrôle de la conformité d’un taxi parisien avec la réglementation en vigueur.
Contrôle de l’homologation d’un véhicule pour la circulation sur la voie publique.
Contrôle de l’homologation d’un véhicule pour la circulation sur la voie publique.
Mesure de la hauteur maximum d’un poids lourd.
Mesure de la hauteur maximum d’un poids lourd.
Pesée d’un véhicule.
Pesée d’un véhicule.
Relevé du chronotachygraphe, enregistré sur un disque, d’un chauffeur de poids lourd.
Vérification du chargement d’un transport frigorifique.
Vérification du chargement d’un transport frigorifique.