×

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus sur les cookies .

Démarches  

L'accueil des usagers d'une salle de réception du public étranger (salle séjour 1 recevant à titre principal les ressortissants d'Asie, Océanie, Europe, Proche Orient Amérique) connaît des perturbations que nous nous efforçons de régler dans les meilleurs délais. Merci de votre compréhension.

PPrama 343

Modifié le 11/05/2015

Retrouvez l'interview de Jean-Marc Novaro, commissaire divisionnaire, à la tête de la sous-direction régionale de la police des transports (SDRPT), publiée dans PPrama 343.

Picto interview Après avoir effectué toute sa carrière à la préfecture de police où il a notamment occupé les fonctions de commissaire central du 1er arrondissement, chef de la BAC nuit de Paris, ou chef de l’état-major de la direction centrale de la sécurité publique à Paris, Jean-Marc Novaro était, depuis le 1er juillet 2012, détaché du ministère de l’Intérieur en qualité de directeur du département de la sécurité de la RATP.



Le nouveau sous-directeur régional de la police des transports répond à nos questions :

En tant que sous-directeur régional de la police des transports, comment comptez-vous mettre à profit votre expérience à la RATP ?


Cette expérience permet de mieux saisir les enjeux stratégiques du transport public en Ile-de-France. Je peux aussi mieux comprendre les besoins d'un opérateur de transport en matière de sécurité, mais aussi ceux des acteurs qui interviennent dans cet environnement, comme le syndicat des transports en Ile-de-France ou la société du grand Paris.

Quels sont les enjeux du Grand Paris ?


Le transport public en Île-de-France va connaître une restructuration historique. Ce changement va induire une nouvelle conception des postes de commandement concernés (BRF, RATP et SNCF), et donc une refonte des outils technologiques et des systèmes d'information

Quelle est la spécificité de la délinquance dans les transports d'Ile-de-France ?


Cette délinquance est marquée par la part très majoritaire de la délinquance acquisitive, notamment des vols à la tire. Il faut aussi tenir compte de la taille du réseau parisien qui s’inscrit dans un cadre plus large qui est celui de la région. La sous-direction de la police régionale des transports a été conçue comme une structure originale pour assurer une continuité et une cohérence des missions de sécurisation d'un réseau de transports multimodal, dense et interconnecté avec des intervenants multiples dans une mégapole à dimension régionale.

Quels sont les axes forts de votre sous-direction aujourd'hui ?


La première force d'une organisation c'est l'humain et je fais d'abord confiance aux femmes et aux hommes qui se consacrent à leur mission. Cette action s'inscrit aussi dans une coopération avec les services de police, de gendarmerie et de l'armée, ainsi qu'avec les opérateurs de transport franciliens en vue de promouvoir une réelle coproduction de sécurité.

Quels sont vos objectifs ?


Les dramatiques évènements vécus par notre pays et l'actualité internationale nous incitent à une vigilance maximum. Nous devons aussi poursuivre nos actions engagées dans la lutte contre les vols à la tire qui ont augmenté au cours des derniers mois.

Trois mots pour résumer l'action de la SDPRT ?


Professionnalisme, dialogue et performance.



Emmanuelle OSTER, commissaire, chef de la Sûreté Régionale des Transports de la BRF

La SRT regroupe les unités judiciaires spécialisées de la BRF :

Picto interview Elle est chargée de lutter contre la délinquance spécifique dans les réseaux ferrés franciliens. Elle a succédé le 24 décembre 2013 au département d'investigations judiciaires de la BRF. C'est la seule sûreté régionale en France. Elle compte plusieurs groupes spécialisés répartis entre les atteintes :
  • aux biens (vols tire, vols en réunion),
  • aux sociétés de transports (tags, atteintes aux biens, aux personnels et à la réglementation SNCF et RATP),
  • aux personnes (vols violences, infractions à caractère sexuel, atteintes aux personnes)
Tous sont destinés à répondre à la délinquance propre aux réseaux ferrés d'Ile-de-France (transiliens, RER, métro). La maîtrise de l'outil PVPP et des systèmes de vidéoprotection des transporteurs et le partenariat avec ceux-ci, la parfaite connaissance du réseau et l'appui de son unité propre anti-criminalité font sa force. Cette spécialisation permet d'appréhender le phénomène dans son ensemble sur le ressort régional.


Ces sujets vous intéressent ? Retrouvez la totalité du PPrama 343 consacré à la SDRPT