×

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus sur les cookies .

Démarches  

Le bureau des permis de conduire sera exceptionnellement fermé au public le lundi 25 septembre 2017

Mise à disposition d'espaces

Modifié le 31/05/2017


Dans l'ombre des projecteurs, les services de la préfecture de Police concourent aux productions cinématographiques, du petit comme du grand écran. Des conseils techniques, aux autorisations de tournage, en passant par les rencontres lors de visites de lieux mythiques comme la brigade criminelle de la DRPJ, l’institut médico-légal, la caserne Cité, la préfecture de Police assiste depuis longtemps les réalisateurs, scénaristes, acteurs, régisseurs et décorateurs.
 
La préfecture de Police a décidé d’aller plus loin en ouvrant ses portes à ces professionnels du cinéma et en donnant accès à ses locaux.

Les tournages à la préfecture de police

Cour du 19 août

Chaque année de nombreux longs et courts métrages, téléfilms et séries TV ont fait l’objet de l’ouverture d’un dossier d’instruction par la cellule des prises de vue de la direction de la sécurité de proximité de l'agglomération parisienne (DSPAP). En effet, encourager les tournages dans la ville Lumière, tout en veillant à ce qu’ils ne perturbent pas la vie quotidienne de ses habitants, est une mission souvent méconnue de la préfecture de Police.
A Paris, les opérations de prises de vues sur la voie publique sont réglementées et font l’objet d’une compétence partagée entre la mairie de Paris et la préfecture de Police. Mais, les services de la préfecture de Police contribuent également régulièrement et d'autres façons aux productions du grand, comme du petit écran.


Les lieux mis à disposition par la préfecture de Police


Toits de la PP
full size
Toits de la PP
Toits de la PP
Toits de la PP
Façade extérieur du 7 boulevard du palais
Façade extérieur du 7 boulevard du palais
Cour du 7 boulevard du palais
Cour du 7 boulevard du palais
Sous-sol Caserne Cité
Sous-sol Caserne Cité
Salle des 167
Salle des 167
Cour du 19 août
Cour du 19 août
Garage Nord - intérieur
Garage Nord - intérieur
Cour du 9 boulevard du palais
Cour du 9 boulevard du palais
Salle des 167
Salle des 167
Façade extérieur du 9 boulevard du palais
Façade extérieur du 9 boulevard du palais
Garage Nord - extérieur
Garage Nord - extérieur
Sous-sol Caserne Cité
Sous-sol Caserne Cité
Garage Nord - intérieur
Garage Nord - intérieur
Cour du 19 août
Cour du 19 août
Quai du marché neuf
Quai du marché neuf
Appartements préfectoraux entrée
Appartements préfectoraux entrée
Escaliers appartements préfectoraux
Escaliers appartements préfectoraux
Institut Médico-Légal
Institut Médico-Légal
 

L'exemple de l'institut médico-légal de Paris (IML)


L’institut médico-légal (IML) de Paris est implanté place Mazas le long du quai de la Rapée, dans le 12e arrondissement de Paris, depuis 1914.

Cet établissement de 2 000 m2 vient de s’ouvrir aux tournages de films. Au sein de cet immeuble de brique, conçu par A. Tournaire, se trouve une bibliothèque de 80m2 disposant d’un étage avec une coursive métallique.

Institut Médico-légal de Paris

Les films tournés à la préfecture de Police

Repérage gararge nord (DOSTL) avec l'équipe d'Engrenage

« Paris brûle-t-il ?  » de René Clément, « Quai des Orfèvres  » d’Henri-Georges CLOUZOT, « L 627  » de Bertrand TAVERNIER, « 36, quai des Orfèvres  » d’Olivier MARCHAL, « Scènes de crimes  » de Frédéric SCHOENDOERFFER, « Le petit lieutenant » de Xavier BEAUVOIS, en passant par « Ronin  » de John FRANKENHEIMER ou « Rush hour 3  » de Brett RATTNER : tous ces films ont contribué à faire de la préfecture de Police, au fil de ses apparitions, l’un des personnages à part entière du cinéma français et du cinéma international.

Au-delà du renouveau du « polar » à la française, en partie dû à d’anciens policiers parisiens passés de l’autre côté de la caméra, les scénaristes, les régisseurs et les chefs-décorateurs de séries, comme « Engrenages », ou de films, comme « SK1, la traque de Guy Georges », viennent à la source chercher l’inspiration auprès des services de la préfecture de Police.

La police judiciaire parisienne (DRPJ), comme la direction de la sécurité de proximité de l'agglomération parisienne (DSPAP) reçoivent régulièrement des sollicitations de réalisateurs et d’acteurs pour rencontrer des enquêteurs afin d’apporter à leur création, ou interprétation, une part de réalisme et de justesse dans le script ou dans le jeu.


Murielle Robin à la brigade fluviale

La préfecture de Police a décidé d’ouvrir ses portes aux tournages de films ou téléfilms.

Désormais, il est possible de poser sa caméra dans la célèbre cour du 19 août où se déroulent toutes les cérémonies officielles mais aussi dans la salle des 167 policiers morts pour la Libération de Paris, dans quelques parties de l’hôtel préfectoral comme son majestueux escalier, certains bureaux de chefs de service, sur les toits de la Caserne de la Cité et même dans des sites désaffectés !

Au total, une quinzaine de lieux ont été proposés et ont fait l’objet d’un accord entre l’agence pour la valorisation du patrimoine immatériel de l’État (APIE), entité rattachée au ministère de l’économie et des finances, et le service de la communication de la préfecture de Police.



A découvrir
L'unité valorisation du patrimoine du ministère de l'intérieur :