Démarches  

Pour la fin du mois d'août , consultez les restrictions d'horaires des services des démarches relatives aux permis de conduire .

Frédéric, DRH

Modifié le 02/09/2016

Frédéric

39 ans, adjoint administratif à la direction des ressources humaines ( DRH ), en situation de handicap.

« Les personnes handicapées sont plus déterminées »


Homme administratif archives

Au sein de la sous-direction de l’action sociale, Frédéric est dans son élément. Lui qui a longtemps côtoyé les associations et institutions liées au handicap traite aujourd’hui des dossiers de parents d’enfants handicapés à la préfecture de police.  En binôme avec l’un de ses collègues, il se charge des prestations délivrées à ces agents et instruit les dossiers – près de 90 actuellement - permettant d'attribuer l’allocation interministérielle correspondante. Un travail qu’il accomplit avec envie et avec une sensibilité toute particulière. « J’ai le sens du contact et j’aime donner des informations aux gens », remarque-t-il.


Quand il le peut, il n’hésite d’ailleurs pas à apporter des informations complémentaires spécifiques aux parents qui en ont besoin. « Je suis estomaqué par le nombre de personnes qui ne sont pas au courant des dispositifs tel que l’AGEFIPH, car aujourd’hui il y a beaucoup plus de publicité qu’auparavant »  , souligne-t-il. Avant d’entrer à la préfecture de police, Frédéric dut lui-même se battre pour travailler, son handicap n’ayant pas toujours été bien reçu. Même à l’école où il faillit intégrer un établissement spécialisé mais, comme il le remarque : « Quand vous êtes trop handicapé, on vous refuse et quand vous ne l’êtes pas assez, également ! »  .


Vinrent ensuite un BEP réussi en candidat libre, un BAC Pro comptabilité et de nombreuses années à enchaîner les contrats et faire montre de ses capacités. « A force de persévérance, je suis tombée sur les bonnes personnes » . Il entre alors à l’institut national de police scientifique en tant que travailleur handicapé puis à la préfecture de police où il devient adjoint administratif.


Son hémiplégie du côté gauche, il ne l’a pas choisie, comme il le dit, puisqu’elle est apparue dès sa naissance. En revanche, ses années de kiné et surtout de sport lui ont permis de l’atténuer significativement, au grand étonnement de l’un de ses médecins. Lui-même l’annonce avec fierté : « Ca n’est plus vraiment une hémiplégie grâce au sport »  . Après 8 ans de judo et un peu de ju-jitsu, il s’adonne depuis 2 ans à l’aïkido de manière très assidue. Là encore, les démarches ont été nombreuses pour trouver un club croyant en ses capacités, même avec sa ceinture marron de judo. « Ca n’est pas parce que la personne est handicapée qu’elle ne va pas y arriver, si elle a la volonté »  , défend Frédéric avec vigueur, « j’ai d’ailleurs remarqué que les personnes handicapées étaient plus déterminées » .


Aujourd’hui, son objectif sportif reste d’atteindre le niveau qu’il a fait promettre à son ancien professeur de judo : la ceinture noire. Il est d’ailleurs l’un des aïkidokas les plus impliqués de son cours, faisant même dire à son enseignant qu’il a « une détermination que d’autres n’ont pas » . La détermination, un trait de caractère qui fonde décidément Frédéric dans ses passions et son travail au quotidien.