Le préfet de police

Modifié le 21/03/2019

Préfet de Police, préfet de la Zone de défense de Paris, Didier Lallement a été nommé au Conseil des Ministres, le mercredi 20 mars 2019.

Carrières

portrait_PP_D_Lallement

Né le 27 août 1956 à Lyon (Rhône), Didier Lallement est titulaire d’un DESS de droit des collectivités locales et diplômé de l’Institut supérieur de gestion.

Il entre en 1991 au ministère de l’Intérieur en tant que directeur de Cabinet du secrétaire d'Etat aux collectivités locales et, après avoir été secrétaire général de la préfecture de la Marne et chef de service de l'action régionale et rurale à la délégation à l'aménagement du territoire et à l'action régionale, y revient en 1997 en qualité de conseiller technique.


Successivement directeur général des collectivités locales au ministère de l'Intérieur, préfet de l'Aisne, directeur de l'administration pénitentiaire au ministère de la Justice, préfet de Saône-et-Loire, il prend ses fonctions de directeur du Cabinet du ministre des Transports, de l'Equipement, du Tourisme et de la mer en 2005 puis celles de directeur général de l'Aviation Civile (DGAC) au ministère des Transports, deux ans plus tard.

En 2007, Didier Lallement en nommé secrétaire général du ministère de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement durable et de la Mer, en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat (MEEDDM) et haut-fonctionnaire de défense.

Préfet de la région Basse-Normandie, préfet du Calvados en 2010, il devient secrétaire général du ministère de l’intérieur et haut-fonctionnaire de défense en 2012, puis intègre la Cour des comptes deux ans plus tard, d’abord comme conseiller-maitre à la deuxième chambre puis en tant que président de section.

Il devient préfet de région Nouvelle-Aquitaine, préfet de la zone de défense et de sécurité Sud-Ouest, préfet de la Gironde en décembre 2017 jusqu’à sa nomination comme préfet de Police en mars 2019.


Attributions

Les attributions du préfet de police trouvent leur fondement dans l'arrêté du 12 Messidor an VIII (1er juillet 1800).


A Paris, le préfet de police, haut fonctionnaire nommé en Conseil des ministres, est :


  • responsable de la sécurité dans la capitale ;
  • responsable de la police administrative exercée au nom de l'État dans la capitale ;
  • supérieur hiérarchique des fonctionnaires y compris de la police judiciaire (sur lesquels il exerce son pouvoir disciplinaire et de notation) ;
  • préfet pour l'administration de la police de Paris et des départements des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne ;
  • préfet de la zone de défense et de sécurité de Paris (8 départements d'Île-de-France) ;
  • responsable du commandement opérationnel unique de la sécurité dans les transports ferrés en Île-de-France.

Responsable de la sécurité dans l'acception la plus globale du terme, le préfet de police exerce ses missions, selon les cas, au titre de l'État ou de la Ville. Ainsi, le préfet de police assure la sécurité des personnes et des biens, ainsi que la sécurité civile (lutte contre l'incendie, organisation des secours, etc.).

Il est également responsable de la délivrance des titres administratifs, de la circulation, des transports et du commerce, de la protection du public (sécurité, hygiène et salubrité dans les locaux recevant du public), mais aussi de la lutte contre les nuisances et de la protection de l'environnement.

Ces activités concernent directement la vie quotidienne des Parisiens. Dans certains de ces domaines (incendie et secours, gestion des effectifs et des moyens des services de police), la compétence territoriale du préfet de police s'étend aux départements des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis, du Val-de-Marne et s'exerce conjointement avec les préfets de département (circulation).

Le préfet de police est également préfet de la zone de défense et de sécurité de Paris, qui regroupe les huit départements de l'Ile-de-France.

Dans ce cadre, il prépare les plans et les mesures de défense à caractère non militaire, qui visent à assurer en toutes circonstances la sécurité des pouvoirs publics et des administrations, à maintenir l'ordre public, à garantir la poursuite des activités indispensables à la vie de la population, à prévenir et à organiser les secours (en cas de catastrophe naturelle), toutes activités susceptibles de nécessiter une coordination régionale.

Il coordonne, à cet effet, l'action des préfets des départements de l'Île-de-France et des services déconcentrés de l'État et organise la coopération civilo-militaire. Enfin, en application de la loi d'orientation et de programmation relative à la sécurité du 21 janvier 1995, le préfet de police coordonne également l'action des préfets des départements de l'Île-de-France pour prévenir les événements troublant l'ordre public, lorsqu'ils concernent Paris et d'autres départements de cette région.