×

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus sur les cookies .

Démarches  

Le bureau des permis de conduire sera exceptionnellement fermé au public le mardi 17 octobre 2017. Veuillez nous excuser pour la gêne occasionnée.

 

Appels malveillants, mais dans quel but ? … Ça continue...

En février de cette année Cespplussur vous alertait sur des appels téléphoniques malveillants que recevaient des hôteliers.

Or dernièrement sur le 2e arrondissement ce même mode opératoire réapparaissait auprès de réceptionniste d’hôtel en soirée.


Extrait de l'article paru sur Cespplussur en février :

«Samedi 21 février 2015, en fin d'après midi, un hôtel du 4e arrondissement de Paris recevait plusieurs appels téléphoniques malveillants.
Le ou les auteurs appelaient le standard de l'hôtel en se faisant passer pour le commissariat de police du 4ème arrondissement. L'identification du numéro d'appel sur le poste téléphonique correspondait effectivement au véritable numéro du commissariat (par un procédé non déterminé pour l'instant).
Lors du premier appel, le faux policier se faisait transférer la communication dans l'une des chambres. Il demandait à son occupant de déclencher l'alarme incendie, provoquant l'évacuation générale de l'hôtel. Lors d'un second appel, il exigeait de l'hôtelier qu'il interpelle le client en question en attendant l'arrivée de la police.
D'autres appels parvenaient à des voisins de l'hôtel (particulier et commerçant), annonçant de fausses informations telles que le décès d'un proche dans une des chambres ou la présence d'individus armés.
Dans tous ces cas, les appels n'étaient a priori pas destinés à escroquer l'hôtelier ou à obtenir des données ou des informations sensibles. Il pourrait s'agir de "simples" canulars, lesquels ont porté préjudice à la réputation de l'hôtel. »


Analyse :
La difficulté provient du fait que le numéro de l'appelant qui s'affiche sur le poste usurpe le numéro de téléphone du commissariat de police local, que connaissent généralement bien les professionnels.
La victime ne peut donc se douter qu'il s'agit en réalité d'un faux numéro.


Conseils :  
Si ce type de cas se présente, faites un contre-appel à partir de votre téléphone portable  car votre  ligne fixe pourrait être également "piratée" (un contre-appel est le rappel du numéro qui vient de vous appeler). Identifiez-vous et demandez au policier si un appel vous était bien destiné.



En cas de canular, notez les dates et heures d'appels afin de les indiquer lors du dépôt de plainte.
Les services d'investigations se chargeront de procéder aux vérifications.


Contactez votre opérateur pour lui signaler les faits et demandez la vérification de votre ligne.
En tout état de cause, un policier ne vous demandera jamais de procéder vous-même à l'interpellation d'un individu.
De même, les Sapeurs-Pompiers ou la Police ne vous demandera jamais de faire des exercices incendies à l'improviste et encore moins par téléphone.


Dans ce genre de situation il faut toujours penser en des termes simples :

  • Un pompier me demande de faire des essais d'alarme incendie en pleine nuit pas téléphone...
  • Les sapeur-pompiers ont une processus d'intervention strict et ne vont certainement pas mettre en péril la vie des personnes en faisant exécuter pour eux des évacuation par téléphone.
  • La Police me demande de faire évacuer l’hôtel pour une interpellation par téléphone…
  • La Police agit dans un cadre légal et toute interpellation d'individu se fait selon un processus déterminé (qui peut ou pas être en collaboration avec le professionnel), et certainement pas par téléphone…


Il est impératif de rester calme et prendre un peu de recul.



En cas de doute seul le 17 et le 18  doivent rester vos numéros de secours et de vérifications.


Posté le 23/10/2015