×

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus sur les cookies .

Maintenance  

Le site Internet de la préfecture de police sera momentanément indisponible dimanche 25 juin de 9h30 à 12h30 . Veuillez nous excuser pour la gêne occasionnée.

 

Escroquerie au faux "shooting"

A Paris 4e, fin septembre, une manufacture horlogère de luxe recevait un mail d'un journaliste du « New York Times ». Il sollicitait deux montres « Panerai » pour un « shooting » photo à Paris. Cette demande était validée par les responsables.

Des convoyeurs se rendaient au rendez vous indiqué et remettaient les montres devant un immeuble en travaux à un « assistant ». L'escroc avait pris la peine de faire valider son « identité » au préalable. La société recevait un appel de l'escroc disant qu'il ne pourrait restituer les montres le jour dit, car le « shooting » était décalé.


Deux éléments troublants étaient relevés :

  • L'adresse mail et la demande initiale ne correspondaient pas à une adresse professionnelle du « New York Times »
  • Le photographe prévu sur la séance photo déclarait se trouver à l'étranger et ne pas être au courant de ce « shooting ».

Panerai_slider

Les convoyeurs retournaient sur le lieu de livraison et réussissaient à retrouver l'individu en question. Ce dernier était interpellé et placé en garde à vue.Dans sa fouille il était retrouvé une des deux montres frauduleusement acquises. La perquisition ne permettait pas de retrouver la trace de la deuxième montre.L'enquête révélait que l'escroc revendait pas la suite les montres à l'étranger. Il reconnaissait utiliser des noms de rédacteurs en chef de magazines connus pour se faire « prêter » des montres de luxe. Les investigations sont toujours cours.


Les escrocs utilisent très souvent une « base réelle » pour commettre leur forfait.   Ici c'est la promesse d'un article dans une revue et d'une publicité gratuite.


Avant tout « prêt » effectuez des vérifications par vous-même et non par les informations fournies par la personne se disant être journaliste.


Contactez le standard du journal ou de l'entreprise mandatrice, en recherchant vous- même les coordonnées sur internet / carnet d'adresses d'un agent de presse, etc et après le recoupement de plusieurs sources faites le prêt si vous le souhaitez. En cas de doute refusez simplement la proposition.


Si vous êtes victime de ce type d'agissements, gardez toutes les correspondances, images de vidéo-surveillance, numéro de téléphone… afin de les présenter aux services de police lors de votre dépôt de plainte.


« Mieux vaut rater une bonne affaire que d'en faire une mauvaise ».


Cette information a pu vous être transmise à l'aide de la Mission Prévention Communication du 4e arrondissement (des policiers proches du terrain qui facilitent les relations Police / Professionnels).



Posté le 16/10/2015