×

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus sur les cookies .

 

Un individu arrêté pour vols par ruse et vols sous la menace d'un couteau dans plusieurs cabinets médicaux

Entre juillet et septembre 2014, un homme commettait plusieurs vols à l'encontre des médecins, à l'intérieur même de leur cabinet médical. Il utilisait des sites de ventes en ligne pour receler les marchandises.


Mode opératoire :
Le malfaiteur repérait au préalable les lieux en prétextant la prise d'un rendez-vous. Il revenait l'après midi et dérobait des objets (tablette tactile, téléphone) ou des valeurs (numéraires, chèques) :

  • soit par ruse, en profitant de l'inattention du médecin ou en la provoquant (par la mise à feu d'une poubelle par exemple),
  • soit sous la menace d'un couteau.

L'homme était identifié grâce à son ADN (traces de sang prélevées suite à une altercation avec un médecin). Interpellé et placé en garde à vue, il reconnaissait les faits, était déféré puis condamné à de la prison ferme.


Analyse :
Les professions médicales sont davantage exposées aux vols pour plusieurs raisons : réception quotidienne de paiements (espèces ou chèques), délivrance et stockage éventuels de produits classés comme stupéfiants (vols d'ordonnancier). De plus, la relation privilégiée du médecin avec son patient peut conduire à oublier de prendre les précautions basiques, telles que ne pas laisser ses effets personnels sur le bureau.


 

Conseils :

  • Équiper la porte d'entrée d'un interphone ou d'un visiophone ;
  • Installez un système de vidéoprotection (dans le cas d'un cabinet médical privé, avec prise de rendez-vous, il n'est pas nécessaire de faire de déclaration préalable, sauf si vous avez des employés),
  • Ne laissez pas vos effets personnels visibles et/ou libres d'accès ;
  • Entreposez vos produits sensibles dans une armoire sécurisée.

Pour des conseils sur la sécurisation de vos locaux, contactez le correspondant sécurité  de votre commissariat local.


Posté le 27/02/2015