Alcool et alcoolisation massive

Modifié le 02/01/2014

La préfecture de police se mobilise pour prévenir l’alcoolisation excessive des jeunes.

Lors des fêtes de la Saint Sylvestre, elle informe les jeunes des risques de cette alcoolisation, via des affiches de prévention.


Photo : affiche Suralcoolisation des jeunes - jeune homme
Photo : Suralcoolisation des jeunes - jeune femme


Dès la rentrée 2013, elle a également mis en place une campagne pour prévenir l’alcoolisation excessive des jeunes.


Intitulée Boire, trop boire, déboires , cette campagne a pour objectif de faire prendre conscience à la population des 13-25 ans des dangers accrus qu’elle encourt en état d’ébriété : vols, violences, agressions, agressions sexuelles.


Un conseil de prévention s'expose via une phrase évocatrice : "Se lâcher sans perdre pied ! "


A noter que cette campagne s'inscrit dans la lutte contre l’alcoolisation massive des jeunes dans laquelle est engagée la préfecture de police au travers de nombreuses actions de prévention.


Sensibiliser les jeunes

boire et déboires

Au-delà des risques sanitaires liés à une consommation excessive d'alcool, les mises en danger en marge des soirées festives sont multiples : troubles à l'ordre public, mise en danger de la vie d'autrui, mise en danger de sa propre vie.


Que la consommation ait lieu en extérieur lors de moments festifs ou lors de soirées privées, les jeunes ne sont pas toujours conscients de ces risques, ni de leur propre vulnérabilité.

Pouvoirs publics, forces de l’ordre, acteurs de la société civile, associations de prévention, établissements de nuits, parents d’élèves : tous sont concernés par ce phénomène et ont un rôle à jouer dans sa prévention.


Le phénomène du "binge drinking" (consommation excessif de grandes quantités de boissons alcoolisées sur une courte période de temps) a également engagé la préfecture de police à lutter contre l’alcoolisation massive des jeunes.


Le saviez-vous :

  • 59% des Français ont eu une première consommation d'alcool avant leur entrée en 6ème,
  • 7% des jeunes qui arrivent au collège ont déjà connu l'ivresse alcoolique,
  • 69% des adolescents ont connu l'ivresse alcoolique en terminale,
  • 17% des passages aux urgences pour intoxication éthylique aiguë représentent les 15/24 ans.

 Source : « le bulletin épidémiologique hebdomadaire » de l’Institut de Veille Sanitaire (InVS)