×

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus sur les cookies .

EU Sequana 2016

bandeau sequana


Sequana, mode d’emploi

EU Sequana 2016 ?

Le 7 mars prochain, la préfecture de police organise un exercice de gestion de crise de grande ampleur EU Sequana 2016, simulant une crue majeure en Ile-de-France. Un scénario, des exercices sur le terrain et des rendez-vous pour le public sont déjà prévus !

Les objectifs

  • Rassembler les partenaires et acteurs du territoire francilien  autour d’un exercice de gestion de crise à ampleur européenne pour renforcer la coordination de leurs actions.
  • Faire fonctionner le mécanisme européen de protection civile
  • Focaliser l’attention des populations  sur le phénomène de crue

Les dates

L’exercice EU Sequana 2016 aura lieu du 7 au 18 mars 2016  et se basera sur un scénario précis.

Le scénario, au plus près des conditions réelles d’une crue

  • du 7 au 13 mars 2016  : la montée des eaux de la Seine (5,50 mètres relevés à Paris-Austerlitz le lundi 7 mars 2016, 7,13 mètres le jeudi 10 mars. Niveau R1 atteint le vendredi 11 mars 2016).
  • le week-end du 12 et 13 mars 2016 : l’exercice de terrain (FSX) au pic de crue, accompagné d’actions de communication à destination du grand public en Île-de-France.
  • du 15 au 18 mars 2016  : la décrue de la Seine. Ces quatre derniers jours permettront de jouer les conditions de l’après crise par l’introduction d’un saut temporel (journée de pause le lundi 14 mars). Il est ainsi proposé aux opérateurs-joueurs d’inscrire leurs actions dans le cadre du retour à la normale. Les opérateurs joueront le matin correspondant à J+5 après le pic de crue et l’après-midi un scénario à J+30 après le pic de crue. Le scénario permet de jouer cette phase de la crise, d’habitude écartée et particulièrement pertinente pour certains opérateurs. Durant cette séquence, les partenaires pourront mettre en avant leurs enjeux prioritaires nécessitant un retour à la normale le plus rapide possible

Sept sites d’exercice

A Paris, Valenton (94), Saint-Denis (93), Limay, Beynes (78), Gennevilliers (92), Port (92) : découvrez les sites .


Crue Seine


Présentation de l'exercice EU Sequana 2016


Le principal risque naturel susceptible d’affecter l’Ile-de-France est celui d’une crue. Il est assuré qu'un jour la Seine débordera de son lit, comme ce fut le cas en 1910. La gestion de cet événement nécessitera l'engagement de moyens de grande envergure.


Une crue majeure est difficilement prévisible. Devant un phénomène apparemment peu menaçant, tout l'enjeu est de maintenir pouvoirs publics, opérateurs et citoyens en veille, prêts à y faire face.

Une crue centennale de la Seine (une chance sur 100 de se produire chaque année), selon une récente étude de l'OCDE, une telle crue causerait 30 milliards d'euros de dommages matériels et aurait un impact sur la vie quotidienne de l'ensemble des franciliens.






Au delà de la question des moyens de sécurité civile qui seront déployés au moment où la crue surviendra, il s'agit également de préparer au mieux l'avant-crue (quelle planification ? quelle sensibilisation ?) et l'après crue (reprise de la vie économique, retour dans les lieux de vie, réhabilitation des réseaux).


En application de la loi de modernisation de la Sécurité Civile de 2004 et du Code de la Défense (art L 1324-1 et R 1324-1), l’entraînement à la gestion de crise est devenu une obligation.


En 2010 déjà, la Zone de Défense et de Sécurité de Paris avait organisé l'exercice « En Seine 2010 », permettant de finaliser la disposition spécifique inondation alors en cours d'élaboration. Cette session d'exercices portait à la fois sur le rétablissement des secteurs d'activité (avec la participation d'une quarantaine d'entités représentant les principales fonctions socio-économiques) et sur le fonctionnement du Centre de Crise Zonal.


C'est avec le même objectif que, du 7 au 18 mars 2016, la Préfecture de Police organise un exercice de simulation de crue.


Baptisé EU Sequana 2016 , en lien avec le soutien apporté par l'Union européenne dans sa préparation et son financement, cet exercice simulera la montée des eaux de la Marne et de la Seine et leur débordement, entraînant des inondations.


L’objectif premier d'EU Sequana 2016 est de tester la coordination des acteurs de la gestion de crise. La chaîne de la prise de décision sera également testée dans son ensemble et des moyens seront déployés sur le terrain. Tous les niveaux de prise de décision seront sollicités :

  • L’Union européenne  via son Mécanisme Européen de Protection Civile,
  • Au niveau national le Centre Interministériel de Crise  (CIC) piloté par le Ministère de l’Intérieur,
  • Au niveau zonal , régional , et départemental l'ensemble des services de l’État, dont les préfectures  concernées par le risque inondation qui activeront leur Centre Opérationnel Départemental (COD),
  • Les Collectivités territoriales , et notamment les communes, ces dernières constituant le premier niveau (réponse immédiate) de gestion de crise,
  • Et de nombreux  partenaires , établissements publics et privés, qui souhaitent tester leurs propres systèmes de prévention à l’occasion de Sequana.


 
Exercice EU Sequana 2016 par prefecturedepolice


Calendrier de l'exercice

sequana calendrier 800 EU Sequana est constitué de deux phases :
  • Une phase d’exercices sur table testant les capacités des opérateurs publics et privés, et notamment leurs plans de continuité d’activité (PCA),
  • Une phase d’exercices terrains, pour lesquels interviendront plusieurs modules européens.

Durant toute la durée de l’exercice, les animateurs diffuseront un certains nombre d’input (événements, documentation, bulletins météo) à partir desquels les partenaires devront réagir.


Du 7 au 11 mars aura lieu la montée des eaux. Le pic de crue sera atteint le week end des 12 et 13 mars, qui correspondra aux exercices terrains. Puis la décrue s’amorcera jusqu’au vendredi 18.


Le scénario socle de l'exercice est réalisé conjointement par la Zone de Défense et de Sécurité (bureau exercices) et l’INHESJ. L’INHESJ est un Établissement Public Administratif, sous tutelle du Premier Ministre, qui effectue des missions de formation et de recherche dans les domaines de la sécurité intérieure, sanitaire, environnementale et économique. L’une de ses missions est notamment de produire des scénarios d' exercices, notamment pour tester l’opérationnalité des zones de défense.


Les exercices terrains des 12 et 13 mars sont coordonnés par la Brigade des Sapeurs Pompiers de Paris (BSPP)


Par ailleurs en cas d'évènement majeur, l'armée est en mesure d'apporter son soutien aux opérations de sécurité civile par le déclenchement du plan Neptune. EU Sequana sera ainsi l’occasion de tester cette force, 1 500 militaires seront déployés à la fois sur le terrain et sur des opérations d'Etat Major.


Le scenario socle en détails...

L’arrivée d’un front froid stationnaire sur le nord de la France au début du mois de février 2016 amène une période de températures négatives entraînant le gel progressif des couches supérieures des sols. Cet épisode de froid est immédiatement suivi de la venue d’une perturbation océanique provoquant des précipitations accentuées notamment sur l’ensemble de l’Île-de-France.


La Seine et ses affluents, la Marne et l’Yonne, reçoivent les fortes quantités d’eaux de ruissellement que les sols gelés ne peuvent absorber. Les débits fluviaux augmentent de manière continue durant la dernière semaine de février 2016 et la première semaine de mars 2016. La Seine et la Marne montent à un rythme de 50 centimètres par jour, puis de 1 mètre par jour. Les prévisionnistes confirment la tendance à l’aggravation pour la période du 7 au 12 mars 2016. Le phénomène observé est celui d’une crue majeure, dépassant le niveau atteint en 1910. Les départements situés en amont de Paris subissent déjà les premières conséquences de la crue.


À Paris Austerlitz, la cote de 8,13 mètres est dépassée au cours du week-end des 12 et 13 mars 2016.


La distribution d’électricité est interrompue pour près de 1,5 million de personnes en raison de l’exposition aux effets de crue d’une partie du réseau et des coupures ou démontages préventifs de matériels sensibles opérés par la société de distribution ERDF.

Concernant le réseau de transports publics, 140 kilomètres de lignes de métro sont inutilisables sur les 250 kilomètres qui le composent et un grand nombre de stations sont fermées.

Plusieurs axes du réseau routier sont inaccessibles. La majeure partie des ponts est submergée ou fermée à la circulation en raison de la fragilisation des structures due à la force du courant. Le seul moyen de passer d’une rive à l’autre de Paris reste le boulevard périphérique.


Après une journée de pause dans l’exercice fixée au lundi 14 mars 2015, il sera proposé aux opérateurs partenaires d’inscrire leurs actions dans le cadre du retour à la normale après la décrue. Cette phase est fixée en deuxième semaine d’exercice, soit du 15 au 18 mars 2016. C'est autour de la résilience des réseaux que les partenaires travailleront.


Les temps forts de l'exercice
   
   
   
   
   

En savoir plus :